Portrait tropico-exotique de Fellini Félin

Vendredi 13 février, Festival Vie Sauvage collection hiver à l’IBoat. Pour une soirée « sauvage », quoi de mieux qu’un fauve lâché en plein milieu d’une foule pour clôturer l’événement ? L’équipe du festival a justement pensé au Bordelais Fellini Félin et ses griffes affutées à la pop et l’électro.

Qu’il soit seul ou accompagné d’un chanteur (Thomas Duprat), Sébastien Coutureau de son vrai nom sait y faire avec ses instruments. Muni d’une guitare et de ses machines, les rythmiques bouclées font bouger le dancefloor sans problème pendant ces courtes trente minutes de scène.

C’est autour d’une table du bateau bordelais qu’on discute avec la bête, encore secouée par les très bons retours du public.

Sébastien Coutureau et Thomas Duprat, son acolyte. Crédit : Fanny Genty, dont vous pouvez regarder les autres photos de la soirée sur sur son site.
Sébastien Coutureau et Thomas Duprat, son acolyte. Crédit : Fanny Genty, dont vous pouvez regarder les autres photos de la soirée sur sur son site.

 

C’est toujours ton moment préféré, de mixer dans un club ?

Ah c’est compliqué ! Justement, ce soir, c’était quand même très très cool dans le style concert. En fait c’est différent, c’est pas comparable. Par exemple, j’ai mixé à la Nuba hier, c’était génial, mais autre chose. J’ai le privilège de pouvoir faire les deux, et je pense que, sans prétention, il faut les dissocier. J’ai pas de préférence, je ne les mets pas sur le même tableau.

 

On a demandé à Eugène, l’un des organisateurs de Vie Sauvage, de te qualifier avec une couleur. Pour lui, tu représentes le rouge. Si t’étais une couleur donc ?

Je décrirais plus Fellini Félin avec une couleur soleil, ou sable. Après, ça serait plus un rouge levé ou couché de soleil, pas sang et velours non plus !

 

Si t’étais une proie ?

Moi normalement j’suis un tigre, je chasse les proies !

Justement, échange les rôles !

Une fille facile !

 

Avant ton projet actuel, il y avait Fellini, un groupe de rock dans lequel tu jouais. Si t’étais à nouveau dans un groupe de rock ?

J’essayerais de faire quelque chose comme Frànçois and The Atlas Mountains, parce qu’ils donnent l’impression d’être un vrai groupe de copains qui font de la musique ensemble ! Entre les premières parties où ils s’échangent les instruments, où ils chantent, quand j’ai été voir l’un de leur concert j’avais l’impression d’assister à une répèt’. Mon groupe serait un truc détente avec beaucoup de personnes, où c’est un peu le bordel : chacun joue une ou deux notes et met la main à la pâte !

 

Si t’étais un lieu pour bosser ta musique ?

Au bord de la mer ! Pour que je puisse faire des pauses et aller me baigner. Un joli paysage, assez reposant, avec du soleil et de la chaleur.

 

Tu dis avoir du mal à être programmé. Si t’avais un argument ultime pour que les salles te bookent ?

Bonne question ! Franchement j’en sais rien. C’est un peu un problème par moments, comment arriver à « vendre » le projet. Le monde des salles de concert nous dit : « c’est pas normal, Fellini Félin c’est pas un groupe », je leur réponds que c’est de l’électro mais, selon eux, « ça ne bouge pas assez pour que ça soit de la musique électro, c’est pas de la « vraie » électro… » Les gens ont du mal à nous positionner, ils se demandent ce que c’est. Nous on n’a pas particulièrement envie de se positionner. Comme argument, je dirais que c’est une sorte d’expérience, quelque chose dont on se rappellera, en bien ou en mal, mais qui ne laissera pas indifférent.

 

Tu es signé chez Délicieuse Records, si t’étais un artiste de ce label ?

Je dirais Jesper Ryom. Je trouve qu’il a une bonne allure sur scène, puis il est danois, ça me fait marrer ! En fait il ne montre pas ses émotions. Et c’est marrant de voir un p’tit bonhomme faire de la musique hyper efficace et punchy.

Ton EP s’appelle Wisteria, le nom d’une graine. Si t’étais une autre graine ?

Une graine pour résoudre le problème de la faim dans l’monde ? Ou un sapin, pour sa sève, qui colle bien. Parce qu’avec la sève de pin, tu fais du savon. C’est pratique !

 

Ce soir on est au festival Vie Sauvage. Si t’étais l’animal sauvage qui sommeille en toi ?

J’aime beaucoup les félins ! Bon ça on le sait, mais pourquoi : parce qu’ils profitent bien de la vie, ils passent en moyenne entre 16 à 17h à dormir chaque jour, j’trouve ça trop bien ! Ils dorment tout le temps, donc ils profitent mieux des moments d’activité. Je serais un félin qui se laisserait caresser volontiers. Je pense aux chats de campagne qui s’enfuient dès qu’ils te voient. Je serais un énorme chat qui dort énormément et qui est de très bonne compagnie.

Crédit : Fanny Genty
Crédit : Fanny Genty

Conclusion, si t’étais une bûche ? 

Utilisez-moi pour alimenter votre feu les soirs d’hiver, pour réchauffer vos cœurs !

Interview réalisée avec l’aide et l’amour de Tom

Fellini Félin, EP Wisteria, Délicieuse Records, disponible à la plage comme dans la savane.

Soundcloud / Facebook

A lire aussi

Cuvée Sonore #51 – Le Grand Souk

Le grand souk de Riberac, pourquoi y aller ? Ecoute et tu verras

Lire l'article

Good Grooves #14 / Doctor Flake – Acchordance

Visage influent de l’Abstract Hip-Hop, Flake sortait ce 24 février un cinquième album, Acchordance, au doux parfum de dépression.

Lire l'article

« Dans mille ans, y’aura des singes dans la tour Eiffel »

Zippo m’a mis un sacré rondin. Et pour cause, l’EP, c’est Bûcheron. Mais attention, nul ne parle d’un mec avec une tronçonneuse, non celui-ci défonce les arbres à la bonne vieille hâche.

Lire l'article

L’EDH vous présente l’apéroboat « Please! Don’t Do Art In The Bathroom »

Pendant une semaine, l’EFJ et l’ICART vous propose de découvrir les artistes qui officieront durant leur apéroboat « Please! Don’t Do Art In The Bathroom », le 16 mars prochain.

Lire l'article

Temps de lecture similaire

EN ECOUTE : Bordeaux’s Groove Bands Compilation #1

En préparation d’une soirée spéciale à l’Antirouille Rock et Chanson le 12 et 13 Novembre prochains, le collectif Bordeaux’s Groove Band publie sa Compil #1, à écouter en exclusivité juste ici !

Lire l'article

Sexe et littérature : l’éternelle nuit

« La pornographie, c’est l’érotisme des autres. » disait Breton (André, pas le groupe de zik’). Une occasion de méditer là-dessus avec la récente parution de Ici commence la nuit, thriller homo-érotique et premier roman du cinéaste français Alain Guiraudie, fraîchement auréolé du prix Sade 2014.

Lire l'article

Du même auteur

On fait le point sur Vie Sauvage collection été 2015

Mercredi 1er avril, c’était la conférence de presse de Vie Sauvage pour leur collection été 2015. Nouveaux noms, détails sur l’orga, on vous raconte tout.

Lire l'article

Vous allez aimez cette version de CoCo

Nous non plus quand on a vu ça on y croyait pas. Et pourtant, grâce à cette mamie ancienne membre d’un gang ex dealeuse ça s’écoute.

Lire l'article