On a pris un café avec le Gorafi du Sud-Ouest

Julien arrive à l'heure, affublé d'un léger embonpoint, le visage marqué par son dernier match de rugby. Il réserve sa cagoule pour les photos. À, 37 ans, il est l'un des deux anonymes derrière la façade 2.0 Sud-ou-Est. La voix posée et le débit de parole conséquent, le fondateur du Gorafi sauce locale a l'assurance de ceux qui ont fait de longues études. Le créateur d'infaux nous prend à défaut et invective le premier.

T’es toulousain toi ?! (s’adressant à notre journaliste barbu et flegmatique dont l’accent a des reflets roses, ndlr) Tu sais qu’on déteste les Toulousains à Sud ou Est. Il y a ce site qui s’appelle la Dèche du Midi qui nous pompe littéralement. Putain, dix jours après ils reprennent ce qu’on fait. C’est terrible. L’an dernier, on a fait un article qui a bien marché, c’était « Je pars pour la Syrie « . L’histoire d’un Landais qui voulait faire un stage en scierie et il se retrouvait en Syrie. Putain, ils ont fait un truc presque pareil avec un Aveyronnais et ça a fait un tabac. Un journal belge les a même repris en pensant que c’était sérieux ! Un peu comme Christine Boutin. Du coup, ils ont été repris par le Midi Libre. Tandis que nous quand on reprend des infos sur des sites similaires, on mentionne les sources.

Ok, t’aimes pas les Toulousains ! Mais t’aimes bien le Sud-Ouest quand même ? Et son journal ?

Le journal Sud-Ouest, c’est notre première source. Sur leur site, on lit les articles plus partagés ou les plus lus et on s’en inspire. On se demande ce que l’on pourrait trouver de rigolo à dire en rapport avec ça. Au début, on faisait des trucs vraiment déconnectés de l’actu mais on s’est rendus compte que partir d’une info vraie donne plus de crédit à notre infaux. On s’intéresse un peu à la presse nationale mais on essaie surtout de régionaliser le fait-divers national.

CAF1
Julien, co-fondateur du site d’information parodique local. ©Benosp

Et comment réagit Sud-Ouest, le vrai ?

À Sud-Ouest, il y a la rédaction, mais aussi l’actionnariat et les administrateurs. Les administrateurs, c’est des énarques ces mecs ! Ils sont là pour faire marcher une entreprise, pas pour écrire un journal. Eux, ils ont un peu tiqué. C’est la similitude des logos qui les a gênés. Par contre, le journaliste de SO qui a fait notre interview, nous a dit que ça les avait bien fait marrer, même si certains sont moins enthousiastes parce qu’ils pensent que l’on se moque d’eux. Mais on ne fait pas du tout une parodie du journal SO, on fait un journal parodique de l’actualité du Sud-Ouest.

As-tu des contacts directs avec le journal ?

Je connais quelques personnes de la rédac, et je glisse parfois des noms de faux persos qui font référence à des anecdotes privées. Ils l’ont grillé mais ils ne savent pas qui c’est ! Au début ils étaient même persuadés que c’était quelqu’un du journal. On a volontairement entretenu l’ambiguïté.

C’est pour ça la cagoule ?

C’est simplement pour l’anonymat. On fait du bon enfant avec un esprit potache, mais parfois on tend un peu au politique. Récemment, j’ai fait un truc sur Juppé qui inaugure une impasse Sarkozy, anciennement appelée rue de la Pisse… Bon, même si ça n’est qu’un truc rigolo dans lequel je n’exprime pas mon avis, il faut faire attention. L’idée des cagoules nous est venue le jour où on a été interviewés par une nana de 20Minutes. On s’est dit, les bérets, ça ne cache que les cheveux : on a ajouté la cagoule. (rire, ndlr).

« Avec 25 lecteurs dans la journée on était fous comme des lapins »

Qu’est-ce qui te pousse à faire ça, alors qu’ il faut bien se le dire, seul le Gorafi a réussi à rencontrer un vrai succès et rentabiliser le modèle?

Nous ? Bah, c’est juste pour rigoler. Je gagne ma vie correctement. Quand on s’est lancés, si on avait 25 lecteurs dans la journée on était fous comme des lapins. Dans ma jeunesse, j’avais une petite ambition de journaliste donc je me suis dit que ce serait marrant de faire ça. Aujourd’hui quand un article marche bien, on peut tourner à 55 000 visiteurs en une journée. Ça a été le cas de l’article sur les sangliers qui est notre « record » : 110 000 vues pour ce seul article. Donc maintenant, c’est motivant. On a un certain succès. Mais on ne fait pas du tout ça pour l’argent, ça n’est pas l’esprit du projet. L’info insolite a pris une bonne place ! Quand j’étais plus jeune, il n’y avait pas internet, ni tous ces sites. Il n’y avait que des trucs sérieux. Aujourd’hui, on la retrouve parfois dans les journaux institutionnels parce que ça fait vendre.

Donc c’est juste pour te marrer, il n’y a pas de discours au fond ? Il n’y a pas un satiriste, un révolté qui sommeille au fond du mec qui rigole ?

Certainement, un peu ! Volontairement, on essaye de faire un truc qui reste bien potache pour ne pas laisser transparaître nos penchants politiques. Mon pote est plus engagé que moi, il est très branché théories sociales. Mais on a tout un tas de lecteurs très différents. Par exemple, je crois qu’un responsable départemental du Front National nous suit sur Facebook… C’est bien qu’on n’a pas de ton très… ça m’a surpris, hilh de pute ! De plus, puisqu’on n’a pas la légitimité et que ce n’est pas notre métier, on ne va pas distiller nos idées. On ne veut pas heurter qui que ce soit.

Est-ce que des gens vous reprennent, pensant que c’est de la vraie info ?

Je ne pense pas. C’est plus dans les commentaires que l’on se rend compte qu’il y a beaucoup d’internautes qui n’arrivent pas à faire le distinguo du vrai du faux… Ça nous fait marrer. Et on a aussi des lecteurs qui attendent les réactions des mecs qui n’ont pas compris dans les commentaires, c’est ça qui les fait rire. Parfois, ça n’est pas très rassurant quant au lectorat… La semaine dernière on a parodié l’histoire de ce couple qui voulait appeler leur gosse Nutella en disant qu’un couple de Dax voulait nommer leur enfant Gésier de canard… Tout un tas de lecteurs y a cru… L’incongru reste toujours possible. C’est un truc qu’on cultive dans notre style, de façon à ce que cela paraisse vrai.

Est-ce que c’est une politique du clic et de la page vue qui explique ce style vrai ?

Non, pas dans le sens où on voudrait s’attirer des lecteurs. On essaye surtout d’écrire correctement. Quand on voit la Dèche du Midi, par exemple, puisqu’ils font contribuer du monde, ça n’est pas toujours ça. On essaye de garder un esprit gascon. Quand j’étais jeune, je lisais beaucoup le Midi Olympique. C’est truculent et c’est un esprit que l’on cultive.

Comment ça t’es venu ? C’est toi qui es un rigolo, ou c’est le monde qui te fait marrer ?

C’est plutôt moi qui aime me marrer. Ça a débuté quand j’ai commencé mon métier dans un milieu où je ne connaissais personne. Quand on découvre quelque chose de nouveau, les premiers mois, c’est un peu particulier. Du coup, j’écrivais beaucoup de mails à ma famille et mes copains. J’y racontais ce que je vivais, mais en romançant un peu le truc, et ça les a fait marrer. J’ai gardé cette habitude d’écrire et l’idée de Sud-ou-Est a germé entre mon pote et moi. Parce qu’à l’époque, seul le Gorafi existait. La PQR (Presse quotidienne régionale, ndlr) dite parodique, c’est nous. On s’est inspiré du Gorafi mais on ne le lit pas. On s’est juste inspiré du principe.

poingtlevé
Julien, co-fondateur du site d’information parodique local. ©Benosp

 

———————

PORTRAIT BÛCHE

Si tu étais le vrai Sud-Ouest ?
Je donnerai un peu plus de place à Sud ou Est.

Si tu étais Cortex de Minus et Cortex ?
Je serais Minus et Gaetan, mon associé, serait Cortex.

Si tu étais une personnalité politique ?
Arlette Laguiller.

Si tu étais une femme ?
Arlette Laguiller.

Si tu étais Mahomet ?
Je serais bien triste.

Si tu étais une partie d’un corps ?
Les mains, pour écrire.

Si tu étais libre ?
Je pense que je le suis.

Si tu n’étais pas ?
J’essaierais de devenir.

Si tu étais oracle, que verrais-tu ?
La victoire de François Hollande en 2017

Si tu étais une bûche ?
J’irais dans une belle cheminée au milieu des Landes. Je me consumerais puis retournerais là où tout a commencé.

 

A lire aussi

Affaire à suivre : Aidan Knight

Nouveau venu dans le monde merveilleux des artistes à suivre de très près, le Canadien a fait paraître au début de l’année Each Other, son deuxième album, qui pourrait bien être l’une des meilleures sorties de l’année. Hasard du calendrier, il a assuré la première partie d’Half Moon Run à la Cigale au début du mois de mars. On en a donc profité pour lui poser quelques questions.

Lire l'article

ABCDR DE L’ACTU: SEMAINE DU 9 AU 15 MARS

Une semaine du rire aux larmes entre un vol solaire autour du monde et le crash d’un hélicoptère en Argentine. C’est aussi ça l’ABCDR de l’actu.

Lire l'article

Cuvée Sonore #44 – Travailler

En raison d’un appel à la grève par plusieurs organisations syndicales portant sur les difficultés budgétaires et la défense de l’emploi à Radio France, nous ne sommes pas en mesure de diffuser l’intégralité de nos programmes habituels. Nous vous prions de nous en excuser.

Lire l'article

[ITW] Quand Doctor Flake opère l’IBOAT

Mardi 6 Mai, l’abstract hip-hop planant de Doctor Flake et Miscellaneous a fait chalouper l’IBOAT dans les eaux profondes des bassins à flow.

Lire l'article

Temps de lecture similaire

Odezenne live session intégrale

La live session intégrale de l’EP Rien, ou l’art de faire « quelque chose de moins maîtrisé qu’une version disque classique où tout est fait séparément »

Lire l'article

Claque Webosphérique #7

La claque est là pour vous faire voyager depuis votre ordinateur. Au programme aujourd’hui, Kiev, Naplouse, l’Afrique du Sud, la Syrie, et une interview de Martin Luther King Jr. Please, fasten your seatbelt.

Et bam.

Claque Webosphérique !

Lire l'article

Du même auteur

Calmels et Rousset loupent la grande région

Jeudi 22 octobre à Science Po Bordeaux, les deux candidats majeurs à l’investiture de la grande région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes ont manqué le premier grand rendez-vous de leur campagne. Obnubilés par leur région d’origine, l’Aquitaine, ils n’ont pas su sortir du giron bordelais pour proposer une vision d’ensemble.

Lire l'article

ABCDR de la semaine du 23 au 29 novembre

On fait le point sur l’actualité de la semaine passée, entre COP21, vote des femmes en Arabie saoudite et guerres inter-partis en Aquitaine.

Lire l'article