Adieu Hérétic, bonjour Void !

L’Hérétic a fermé ses portes en décembre après 10 ans de guinches nocturnes. Mais c'est pour mieux réouvrir mon enfant. Le Void, petit frère de la mythique salle prend le relai avec une soirée d'inauguration le 14 janvier. Même ambiance, même lieu, même état d'esprit, mais une nouvelle équipe qui veut s'émanciper des grands frères fondateurs.

Rue du Mirail, le rideau de fer de l’Hérétic est tiré, mais une porte dérobée se dévoile sur la droite. Il est 17 heures et un crachin bien Bordelais pénètre les os. Deux battants noirs coupent net aux intempéries. Le hall d’entrée est si animé lors des soirées, lorsque les spectateurs font la queue pour le guichet, que son silence résonne avec d’autant plus de force. Un long couloir sombre débouche sur le bar.

François Menut et Pierre-Antoine Laguna discutent, cigarette au bec.

Les deux trentenaires – ou presque – seront respectivement président et secrétaire de l’association. Ce local mythique est occupé depuis 2006 par les vieux de l’Hérétic. « Ils approchent de la quarantaine, ils ont envie de voir autre chose », explique François Menut. Déjà membre de l’association, la jeune garde s’est donc proposée de prendre le relai.

void

Derrière eux, « Nico », un grand barbu arborant une série de tatouages sur les bras s’affaire. Il déballe les bières prévues pour réhydrater les spectateurs du concert de ce soir. De la pop est annoncée. Ils ne sont pas maîtres de la programmation, le local étant loué par une autre association qui assure le line up. « Nous on récupère l’argent sur le bar », explique François.

Il réfléchit un instant, triturant son anneau nasal, et reprend : « On est une nouvelle génération, on a dix ans de moins que les fondateurs de l’association. On veut garder l’esprit du lieu mais proposer quelque chose de différent, de plus diversifié ». Fondé autour de la musique, la relève va ainsi tenter d’apporter d’autres touches avec par exemple des ateliers de sérigraphie ou de photographie. La programmation musicale, quant à elle, tendra plus vers l’éclectisme.

« Le public a changé sur Bordeaux, la génération qui fréquente le lieu a de nouvelles références et modes de consommation, on doit leur proposer quelque chose d’adapté pour continuer à les attirer », analyse Pierre-Antoine Laguna. Le jeune homme a le visage fin et le teint mat que vient surligner une fine moustache. Look propre est soigné, il est loin de l’idée que l’on se fait d’un adepte de musique hardcore.

12489210_1517978045162989_8222275838991068471_o

Salle de taille modeste au gros potentiel

L’Hérétic est une salle associative à la jauge bâtarde de 200 personnes. Pas de concerts de bistro. Pas de gros show non plus. Un entre-deux un peu flou. « Il existe peu de salles associatives de notre acabit en France », explique le président en devenir. Les deux compères semblent fiers de reprendre le projet. « Entièrement bénévolement », bien sûr. Pierre-Antoine s’y consacre pleinement, préférant s’appuyer sur le RSA pour avoir du temps pour la salle. François lui, a pour projet parallèle d’ouvrir une boutique de meubles rénovés, « pour avoir une vitrine ailleurs que sur Le Bon Coin. »

Les deux se sentent peu concernés par les questions d’argent. Et même s’ils ont conscience de l’enjeu économique pour la survie d’une salle comme la leur, ils restent optimistes. « L’équilibre financier est précaire, explique le président, on a un fond de réserve qui permet de pallier les coups durs, mais il n’en faut pas trop souvent. » Un coup dur, c’est un concert au gros cachet — « On est allés jusqu’à 1000 euros pour un groupe mais c’est extrêmement rare » — qui fait un flop. Pour éviter les malentendus, l’association prépare un budget prévisionnel, « mais ce n’est pas adaptable à un lieu comme ça, c’est trop aléatoire. La réussite d’une soirée ne tient à pas grand chose. La pluie par exemple. »

Avec 10 à 15 soirées mensuelles, la passion les porte, mais elle est dévorante. Pierre-Antoine a été un temps bénévole alors qu’il bossait, mais c’était trop fatiguant. Les bons souvenirs semblent pourtant plus forts et, lancés sur la musique, ils pourraient évoquer pendant des heures les groupes passés par la salle qui ont explosé plus tard. Ou même qui n’ont jamais pris leur envol. Une salle d’ailleurs, qui s’appellera désormais Void à partir de janvier, le vide.

L’événement de la soirée d’ouverture à voir ici.

A lire aussi

[EDITO] Nadine Morano : qu’elle est forte !

Malgré ses boulettes intersidérales, rien ne l’atteint. Un mélange politique d’Optimus Prime et d’un âne bercé trop près du mur. Respect.

Lire l'article

La maison-mère Domino Records accueille LA Priest

Serait-ce le renouveau d’une pépite musicale ? Sam Dust a signé chez Domino Records le 4 février sous le nom de LA Priest, et vous allez en entendre parler !

Lire l'article

EN ECOUTE : Bordeaux’s Groove Bands Compilation #1

En préparation d’une soirée spéciale à l’Antirouille Rock et Chanson le 12 et 13 Novembre prochains, le collectif Bordeaux’s Groove Band publie sa Compil #1, à écouter en exclusivité juste ici !

Lire l'article

Un freestyle avec pour seule voyelle : le « e »

Andrew Huang réalise une performance admirable en balançant un freestyle de 2mn50 avec une énorme contrainte, n’utiliser aucune voyelle sauf le « e »

Lire l'article

Temps de lecture similaire

Good Grooves #21 / Beat Fatigue – Funky Borderline + Malfunktionality

Beat Fatigue est un beatmaker néerlandais talentueux de 25 balais qui a su donner au Glitch les saveurs du groove.

Lire l'article

[PHOTOS] L’Expo Contre Attaque !

À deux mois pile du prochain opus de la saga, L’Expo Contre Attaque atterrit à la Galerie Sakura et fait la part belle à l’univers Star Wars. 35 artistes, 150 œuvres, des figures emblématiques et un univers qui inspire toujours autant.

Lire l'article

Du même auteur

ABCDR : semaine du 12 au 18 octobre 2015

L’ABCDR reprend se remet en route. Même but, vous offrir de quoi assurer le lundi même si vous revenez d’une semaine intense de pêche au brochet loin de tout réseau. Cette semaine on rend hommage aux volleyeurs, on garde un oeil sur la Syrie et la Palestine, mais aussi sur Guéant et Balkany.

Lire l'article

ABCDR de la semaine du 23 au 29 novembre

On fait le point sur l’actualité de la semaine passée, entre COP21, vote des femmes en Arabie saoudite et guerres inter-partis en Aquitaine.

Lire l'article