Hypno5e, ligne de faille du métal français

Un espace-temps s’est créé ce jeudi 10 mars 2016 au Bootleg, lors du concert du groupe de métal progressif Hypno5e. Forts de la sortie de leur troisième album Shores of the Abstract Line en collaboration avec Pelagic Records, Manu (guitare, chants), Jo (guitare), Théo (batterie) et Gredin (basse) sont considérés comme les pionniers d’un nouveau genre de métal, le métal cinématographique

Cinématographique ? Rien à voir avec de longues projections mystiques et abstraites sur la scène. La musique elle-même montre la voie, enrichie de samples de films français, de discours en anglais et de sonorités puisées dans l’Amérique latine. Une utilisation météorologique des sons et des lumières annonce le calme avant la tempête. Car l’atmosphère du groupe nous plonge dans un univers insondable, absolu et électrique.

Manu, fondateur du groupe, est à l’origine de cette conception visuelle du métal : « Pour moi, l’image et le son sont indissociables, quand j’écoute de la musique je vois des paysages, des couleurs, comme un scénario qui pourrait se dérouler à l’écrit pour un film. »

Entre respirations et chaos, tout dans l’album incite à une méditation violente et mélancolique. Huit chapitres forment un ensemble à apprécier dans sa totalité, malgré la durée de certaines pistes. « Le morceau peut durer trois minutes, avec une suite d’accords qui tournent (…) ou alors être déstructuré comme East Shore, où rien ne revient deux fois, et durer dix minutes. C’est le temps nécessaire pour développer une trame. »

Crédit photo : Mathilde Musset pour Slapzine
Crédit photo : Mathilde Musset pour Slapzine

Un jeu sur le temps qui appelle au songe et à la philosophie, où les voix de Manu et Gredin sont le fil conducteur. « On ne sait pas du tout quelle couleur a l’album avant de le finir. On passe beaucoup de temps sur l’enregistrement, mais encore plus sur le mixage, car il s’y passe beaucoup de choses (…) On prend le temps de dire ce que l’on a à dire. » En tournée depuis 2007 avec des groupes comme Gojira, The Diligent Escape Plan ou Syncope, Hypno5e a trouvé une visibilité et un public grandissant. C’est donc une nouvelle page à écrire pour le groupe, qui pense déjà à la composition d’un quatrième album.

Fermez les yeux et ouvrez grand vos oreilles, le voyage ne fait que commencer …

Propos d’Emmanuel Jessua et Jonathan recueillis par Mathilde Musset

 

 

A lire aussi

Gesaffelstein – Aleph

Aleph est le genre d’album qui irait parfaitement pour la B.O d’un film d’horreur futuriste ou d’un rapport sexuel forcé non protégé. Aleph est à l’image de sa pochette: à la fois sobre et complexe, un labyrinthe électronique duquel on ne peut échapper.

Lire l'article

LE M.U.R DE BORDEAUX – LANDROÏD

Pour la 18ème performance sur le M.U.R de Bordeaux, c’est au bordelais Landroïd (membre de Skin Jackin’) que l’association Pôle Magnetic a donné carte blanche pour recouvrir cet espace . Celui que vous aurez l’occasion de voir à l’exposition TRANSFERT 6 dès juin à Gambetta, livre ici une oeuvre interactive inédite sur ces 35m2 de béton.

Lire l'article

La B.O du Loup de Wall Street dévoilée.

Le King Scorsese fait les choses en grand pour son retour. Le loup de Wall Street est le film le plus attendu de cette fin d’année. Pour patienter, on vous balance la B.O. Hip-hop, jazz, soul, rock. De quoi ravir toutes les oreilles.

Lire l'article

Calmels et Rousset loupent la grande région

Jeudi 22 octobre à Science Po Bordeaux, les deux candidats majeurs à l’investiture de la grande région Aquitaine Limousin Poitou-Charentes ont manqué le premier grand rendez-vous de leur campagne. Obnubilés par leur région d’origine, l’Aquitaine, ils n’ont pas su sortir du giron bordelais pour proposer une vision d’ensemble.

Lire l'article

Temps de lecture similaire

HOLY WOOD : Soirée projections et fanzines Skate

Une soirée skate made in Bordeaux le 16 janvier 2015 à l’atelier Raymonde Rousselle. Projections de films, Webzines et autres surprises sont au programme.

Lire l'article

[EDITO] L’Arabie saoudite est un défouloir facile

Presque deux semaines après les attentats du 13 novembre, on cherche les raisons de la colère. Les analyses fleurissent et l’Arabie saoudite, monarchie sunnite prônant un Islam rigoriste, est pointée du doigt. Un peu facilement parfois.

Lire l'article