Cuvée Sonore #14 – De Combat

Gouvernement de combat, cuvée sonore de circonstance. Plainte et contestation, Valls à 13 temps.

Si les courbes d’Emmanuelle lui ont garanti un grand succès en 1974, Manuel, lui, aura tout intérêt à ne point courber l’échine au moindre coup de martinet.

La musique, reflet des inquiétudes d’une époque. Vieux moustachus, jeunes de quartier, marginaux à blousons noirs, tous ont oeuvré pour protester contre l’inefficacité politique de leur temps. Aujourd’hui pourtant, on aimerait nous pousser à croire en nous, « en notre jeunesse. Celle de nos quartiers populaires. Nous devons nous adresser à ces jeunes. La France a besoin de cette jeunesse. Je veux dire à ces talents. La France a aussi besoin d’eux. »

Pourtant …

La langue française en musique ne s’exporte pas bien, on le sait. Mais dans un contexte interne, elle est une arme de ralliement efficace. Aucune chanson n’a changé le cours de l’histoire. Aucune mélodie n’a poussé un gouvernement à l’introspection. Malgré cela, des refrains résonnent encore au travers de l’histoire, nous rappelant que les porte-paroles ne sont pas forcément ceux dont les noms grattent le fond des urnes.

Qu’elle swingue ou qu’elle valse, la France, on aimerait croire qu’elle « a la même grandeur qu’elle avait dans notre enfance. ». Nonobstant, on a déjà perdu la foi accordée au Ayrault. On a oublié la candeur et l’innocence … « trop de souffrance, pas assez d’espérance, telle est la situation de la France »

– citations : Manuel Valls, discours de politique générale du 08/04/14 –

Entrées

Les Ogres De Barback – Elle fait du zèle (Pauvre France)

Zebda – Le bruit et l’odeur

Noir Désir– Un jour en France

Plats

Keny Arkana – La Rage

Alpha Blondy– France à fric

Kery James – Le combat continue

Renaud – Où c’est que j’ai mis mon flingue ?

Desserts

Boris Vian – Le Déserteur

Georges Brassens – Mourir pour des idées

Bérurier Noir – Vivre libre ou mourir

Digestifs

Mathieu Côte – Qu’est-ce qu’ils sont cons

Sinsemilia – Je préfère cent fois

Didier Super – Marre des pauvres

A lire aussi

Cuvée Sonore 65 – Shake ton Boogie Woogie

Pour la petite histoire, ce style musical parent du jazz, est né dans les années 20 en Louisiane et au Texas. Les bûcherons, après une grosse journée à trimer, se divertissaient en chantant et dansant dans leurs baraquements. Pour les ambiancer, des musiciens se déplaçaient en train d’un campement à l’autre. Ils jouaient souvent du piano […]

Lire l'article

La belle promesse d’Ibeyi

Les deux jumelles franco-cubaines viennent de sortir leur premier album, salué unanimement par la critique et le public. Elles revisitent la soul en y mêlant leurs influences, sous l’oeil bienveillant de Richard Russell, boss de XL Recordings. Chronique.

Lire l'article

Identitaires

Lire pour y voir plus clair sur les problèmes identitaires. Un roman danois et un essai d’un écrivain libanais : Les complémentaires (Jens Christian Grøndahl) et Les Identités meurtrières (Amin Maalouf).

Lire l'article

Claque Webosphérique #12

Le meilleur des reportages et autres webdocs dénichés sur la toile : c’est la Claque qui reprend du service ! On passe par les États-Unis, Haïti, la Syrie et Bordeaux.
Et bam.
Claque Webosphérique !

Lire l'article

Temps de lecture similaire

Cuvée Sonore 63 – PISCINE

Le temps est bon, le ciel est bleu. Mais si tu n’as pas envie de bouger aujourd’hui, déconnecte ton smartphone et allume tes enceintes. Tu pourras enfin sortir l’excuse « J’peux pas j’ai piscine » à tes amis en démarrant cette cuvée sonore aquatique. Bon dimanche !

Lire l'article

Soyons sérieux, ce n’est qu’un jeu #3

Rien ne vaut mieux que la pratique. Slapzine lie un fait d’actualité avec un jeu vidéo et son traitement vidéoludique. Aujourd’hui: Les élections départementales et Democracy 3

Lire l'article

Du même auteur

Misheard song lyrics

Keskidi ? Une petite compilation de paroles pas du tout appropriées à ces chansons, mais qui collent tout à fait à l’écoute.

Lire l'article

Good Grooves #31 – Bill Laurance – Swift

Bill Laurance sort son deuxième opus Swift ce mois-ci.
Entre esthétique jazz et empreints de sonorités actuelles, analyse d’une pièce composite et ambitieuse.

Lire l'article