C’est l’hiver, on veut des trucs frais !

Si de cette année 2013 de rap français, tu as aimé les albums de La Fouine, Maître Gims ou encore Kaaris : DEGAGE. Ici, on parle des bonnes choses.
Cover Frandjos
Frandjos – Anton Serra

Début janvier, Cultiz nous proposait de voter pour nos cinq projets de rap préférés de 2013, parmi une présélection de 44 que le site avait déjà faite. Je tiens à signaler que je n’écris pas ce billet pour critiquer le très bon site dont émane ce sondage, mais plus pour apporter des nuances, aussi subjectives soient-elles, à ce classement des internautes (les stats pour ceux qui veulent).

Tout d’abord, rien à redire donc, sur la présélection de Cultiz ; faire sortir 44 projets du fourmillement que représente le rap français n’est pas une mince affaire, mais elle est réussie. On y retrouve tout ce qui se fait de frais, de nouveau, et surtout que ça vienne de Paris ou d’ailleurs (grosse présence lyonnaise, ce qui n’est pas pour me déplaire). Mais justement, là où Cultiz surfe sur une brise rafraîchissante en incluant bon nombre de projets innovants, les votants ont, à mon humble avis, fait en sorte de conserver un ordre déjà établi dans notre rap hexagonal (exceptées quelques rares exceptions).

Paris représente. Forcément, 12 millions d’habitants agglomérés, ça aide pour obtenir des votes quand on sait que les fans de rap sont en général très fiers de leur scène locale. En tête donc, les Parisiens, et on sent l’influence des potes des crews 1995, S-Crew, 5 Majeur, 75e session. Loin de moi l’idée selon laquelle les membres de ces groupes parisiens seraient mauvais, mais les votants se sont peu mouillés à mon sens, en choisissant de récompenser ceux qui profitaient déjà d’une certaine renommée. Cependant, cela peut également avoir du bon, puisque c’est aussi grâce à ce genre de MC’s que sort du lot la mixtape Marche arrière, méli-mélo de 69 freestyles émanant de la France entière.

Outre ce projet audacieux porté par quelques grands noms (Nekfeu, Hugo TSR, Sear lui-même, Busta Flex…), Set & Match viennent prendre une belle troisième place. Les MC’s du 34 avaient assumé leur parti pris d’un « summer album », très inspiré West Coast : Tudo Bem. Il faut croire que cela a plu à pas mal de monde. Un album léger, c’était également le projet d’Orelsan et Gringe. Les deux larrons des Casseurs Flowters nous ont pondu un album de potes, dans lequel ils racontent leur journée habituelle de branleurs assumés, du réveil de Gringe, vers 15h, à leur fin de soirée, vers 6h15 (c’est aussi le genre de trucs qui me rassure un peu niveau horaires). Notons enfin les bons points obtenus par des artistes comme Grems (un des rares vrais graffeurs du rap français), Scylla (qui vient de Belgique) ou encore Pand’or, qu’on retrouve aussi dans le top 15 et qui participent à l’éclectisme de ce classement, tout de même.

Mais le vrai tic-tac (« un enrobage de douceur qui révèle un cœur de fraîcheur ») des premières places, c’est bel et bien le premier album d’Hippocampe Fou, sur lequel le camarade JB nous a fait un Good Groove vraiment cool (je suis vraiment objectif hein).

Bon, maintenant je vais parler de mes regrets, j’ai le droit. Je tiens à préciser que ce que j’aime dans le rap, c’est avant tout le texte (d’où mon scepticisme envers les ricains), même si l’instru peut constituer un sacré bonus quand même ; le texte aussi bien dans la forme que dans le fond, en passant par la diction. A ce titre, il ne me semble pas extravagant de dire qu’IAM fut une référence (au dessus c’est le Solaar c’est tout), mais que toutes les (très) bonnes choses ont une fin, et que moi je n’ai plus faim de bouillabaisse marseillaise (c’est pour la vanne, en réalité, il passe pas mal Arts martiens). Après, cette douzième place peut sonner comme un « César d’Honneur », c’est compréhensible.

Où est Lyon ? Si ce n’est dans le projet du Gouffre où apparaissent quelques MC’s du six-neuf. Où sont L’Animalerie ou La Mégafaune qui font partie des nouveaux fleurons du rap hexagonal ? Alors oui, Cultiz les avaient présélectionnés, mais le vote du public les a relayés hors du top 15. Anton Serra, Lucio Bukowski, Oster Lapwass pour l’Animalerie, Smok et Vax1 pour La Mégafaune étaient là au départ, mais pas à l’arrivée. Et pourtant. Quelles plumes ont-ils… Je vous conseille l’album Frandjos d’Anton, sur lequel les invités sont nombreux, mais aussi le magnifique Antosterlapwassera où on retrouve les Freesthaï 1 et 2 ; ces deux albums retranscrivent parfaitement la rage qui habite Anton Serra. A écouter également les deux projets de l’ami Bukowski, que nul ne peut égaler par la plume c’est clair (mention spéciale pour « Obsolescence programmée« ), pour rester dans l’Animalerie. Mention Bien également pour l’album de Smok , intitulé Brise la glace.

Voilà j’ai fini et rétabli ma vérité. Ah oui, chacun avait droit à cinq votes, voilà les projets que j’avais choisis :

Frandjos, Anton Serra

Aquatrip, Hippocampe Fou

De la survie des fauves en terre moderneLucio Bukowski et Tcheep

 Le cul entre deux 16, Pand’or

Casseurs Flowters, Orelsan et Gringe.

A lire aussi

Cuvée Sonore #52 – Vendanges

Une pensée pour ces grappes de raisin que l’on trouve encore après la récolte et qui ont échappé à la diligence du vendangeur.

Lire l'article

Quand les pêcheurs du Ferret sont à l’arrêt

9h30. Un tour de clé. Une volute de fumée s’élève de la carcasse en aluminium du Snap, nom de la petite vedette de pêche d’une dizaine de mètres. Le moteur ronronne doucement dans le port de la Vigne, au Cap Ferret. Olivier Argelas, marin pêcheur et capitaine du Snap lâche : « On commence à en […]

Lire l'article

Good Grooves #15 / Blood Red Shoes – Blood Red Shoes

L’abécédaire en trois lettres du nouvel album éponyme de Blood Red Shoes

Lire l'article

Cuvée Sonore #58 – EL CHAPO

La défonce à portée d’oreille grâce à cette cuvée sonore spéciale drogue de synthèse.

Lire l'article

Temps de lecture similaire

Portrait balnéo-cosmique de L’Impératrice

Vendredi 13 février, festival Vie Sauvage collection hiver à l’IBoat. Après leur set agguicheur, nous rencontrons Charles et Hagni de L’Impératrice pour dresser leur portrait bûche.

Lire l'article

Houellebecq et l’Apocalypse

Il y a quatre mois, Charlie Hebdo affichait Michel Houellebecq en Une. Le même jour, la rédaction du journal a connu le drame. Un drame qui a donné une toute autre résonance au roman Soumission. Quatre mois plus tard, donc, petite mise en perspective de l’oeuvre de Houellebecq et pied de nez à ceux qui y voient un roman prémonitoire.

Lire l'article

Du même auteur

Natifs du 18ème et d’ailleurs

C’est le lieu de L’Assommoir de Zola, à deux pas du Sacré-Cœur. C’est aussi un vivier de bon nombres de rappeurs parisiens (TSR Crew, Georgio, Doc Gynéco,  la Scred…). « Chacun sa banlieue, la mienne je l’aime, et elle s’appelle le 18ème » Voici un reportage « fait-maison » dégoté  aux hasards des clics sur la toile. Une immersion […]

Lire l'article

Langue française, langue mourante ?

La langue est devenue une vaste approximation des sens et des constructions grammaticales.

Lire l'article