Le boogie psychédélique selon All We Are

Sorti ce lundi, le premier album d'All We Are, très justement nommé All We Are, pourrait bien être la petite pépite pop qui manquait à ce début d'année.

 

All We Are, c’est une jeune et jolie blonde qui sait monter dans les aigus et deux mecs pour l’entourer. Des Anglais qui font de la pop douce et vaporeuse. Ça vous dit déjà quelque chose, hein ? Eh oui, on pourrait facilement les rapprocher de London Grammar, d’autant plus qu’ils en ont fait les premières parties en France l’année dernière. Mais, heureusement pour nous et nos petites oreilles fragiles, All We Are, ce n’est pas London Grammar.

Ils décrivent un peu partout leur musique comme du « boogie psychédélique », ou encore une sorte de « Bee Gees sous diazépam ». C’est le genre de trucs qui plaisent bien aux journalistes des Inrocks. Mais au final, ça ressemble à quoi, du boogie psychédélique ?

Ça pourrait bien se rapprocher d’un voyage aux confins de la douceur et de la sensualité. Pour cela, les trois anglais ont sorti l’artillerie lourde : guitares cristallines, reverb à outrance, basse on ne peut plus smooth. Les mélodies, élégantes, nous caressent. Les voix, éthérées, nous envoutent. Résultat ? On part à des kilomètres de notre grisaille hivernale.

Mais ça, on ne le découvre qu’à partir de la seconde moitié de l’album. Car, l’entrée en matière se fait au travers de six tubes potentiels : Ebb/Flow et son introduction à la Wild Beasts ; la légèreté enivrante de Stone ; un Feel Safe au doux accent funk ; l’efficacité pop de Honey et, pour finir, le groove ultra sensuel de I Wear You.

Cette espèce de mix improbable trouve miraculeusement une cohérence, grâce notamment au travail de production de Dan Carey (Bat For Lashes, Hot Chip, Chairlift, …), qui a malgré tout réussi à ancrer tout au long de l’album cette atmosphère pure et aérienne, propice à l’évasion. 

All We Are est donc un album qui, sans être révolutionnaire, nous transporte et nous fait chalouper du bassin. Boogie psychédélique ? Le compte est bon.

A lire aussi

On ressort les VHS de ta grand-mère : Un singe en hiver, Henri Verneuil, 1962

Quel lien peut donc t-il y avoir entre notre précédente critique, Garde à vue de Claude Miller, et ce Singe en hiver ? Si vous avez lu cette dernière, vous le savez sûrement déjà car la réponse était écrite noir sur blanc. Pour les nouveaux, je m’en vais vous expliquer.

Lire l'article

Week’s Words #24

Red Bull vous doit du fric, coca-cola se met au vert, des nouveaux billets de banque stylés, la fin de la zoophilie et des pénis artificiels sont au programme de cette semaine. Bonne bourre !

Lire l'article

Good Grooves #24 / Nina Attal – WHA

Après un premier album (« yellow 6/17 ») sorti en 2009, Nina Attal sort WHA ce mois-ci, un album enregistré dans le studio Avatar de New-York.

Lire l'article

On ressort les VHS de ta grand-mère: True Romance, Tony Scott, 1993

Vous l’aurez peut-être compris, True Romance n’est pas vraiment du cinéma à l’eau de rose. Réalisé par Tony Scott, frère de Ridley et déjà connu pour avoir signé Top Gun en 1986, le film avaient choqué le public lors de sa sortie. La faute à de nombreuses scènes de confrontations, faisant voler les gouttes de sang, les éclats de verre et les plumes d’oreillés perforés. C’est parce que l’ombre de Quentin Tarantino plane sur le scénario.

Lire l'article

Temps de lecture similaire

EXPO : « #streetart, l’innovation au cœur du mouvement »

Slapzine a profité d’un week end parisien pour aller faire un tour à l’expo l’innovation au cœur du mouvement, consacrée à l’histoire et aux enjeux du street art.

Lire l'article

Week’s Words #24

Red Bull vous doit du fric, coca-cola se met au vert, des nouveaux billets de banque stylés, la fin de la zoophilie et des pénis artificiels sont au programme de cette semaine. Bonne bourre !

Lire l'article

Du même auteur

Garorock 2015 : programmation et nouveautés

Les nouvelles toutes chaudes de l’édition 2015 de Garorock.

Lire l'article

Ça va trop loin. Vraiment trop loin.

Une histoire mêlant subtilement tacos, avocadous et Ellie Goulding. #freshavocado sur Twitter pour les curieux.

Lire l'article