Justified : Gun Blazing Country Show

Cirez vos Santiags, chargez votre six coups, servez vous un bon bourbon à vous brûler la gorge et accordez votre banjo, aujourd'hui on part à Harlan dans le Kentucky avec...

justified 

Justified, c’est cette série « Drama » américaine produite et diffusée par FX et Sony Pictures Television. Graham Yost est à la réalisation et le scénario est basé sur le travail de Elmore Leonard. Commencée en mars 2010, elle se déroule dans le fin fond du Kentucky, plus précisément à Harlan County et dans ses environs.  On y suit les aventures de l’US Marshal Raylan Givens qui fait respecter la loi à la manière des shérifs du Far West, mais aujourd’hui.

Qui est qui ?

De gauche à droite : Raylan Givens, Boyd Crowder

Raylan Givens : Personnage principal de la série interprété par Timothy Olyphant, déjà remarqué pour son rôle de Seth Bullock dans l’excellente série Deadwood. Raylan c’est avant tout un homme avec une morale, un certain sens de l’honneur, mais aussi et surtout un flingue. Il les met au service de la loi de manière parfois légèrement expéditive, ce qui lui vaut d’être transféré de Miami vers sa ville natale, Harlan County. La ville rurale et minière du Kentucky tranche radicalement avec la Floride ensoleillée. Du coup il n’est pas content notre héros, parce qu’il déteste cette foutue ville, ses habitants, ces péquenauds écervelés. Et surtout ça le met en colère, parce que Raylan Givens, avant d’être un Marshal, c’est un mec en colère. Son tempérament lui a valu un divorce quelques années plus tôt et une remise en question régulière de sa légitimité à porter une arme. C’est un personnage comme on en voit peu dans les séries, qui détonne avec le monde dans lequel il évolue.

Boyd Crowder : Interprété par Walton Goggins. La némésis absolue de Raylan. Ils se sont connus en travaillant à la mine de charbon lorsqu’ils avaient 19 ans, avant que Raylan ne devienne Marshal. S’étant serré les coudes pendant ces années difficiles ils entretiennent une relation de meilleurs ennemis qui est un des piliers de la série. Néonazi, ex-militaire lors de l’opération Tempête du Désert, Boyd ne craint rien ni personne et apprécie les petites choses de la vie. C’est-à-dire se faire du cash et faire exploser des trucs. Ouais il braque des banques. Pas vraiment convaincu par la doctrine du suprématisme blanc, il l’utilise surtout pour s’entourer de mecs complètement idiots et paumés qui ne demandent qu’à servir une cause pour animer leur vie de merde. C’est probablement un des seuls criminels natifs de Harlan avec un cerveau qui fonctionne correctement. Il devient récurrent lors de la moitié de la saison 1 puis est un des personnages principaux lors de la saison 2. Ses confrontations avec Raylan sont mémorables. Walton Goggins est un acteur incroyable que vous pouvez d’ailleurs apercevoir dans Django de Tarantino.

Art Mullen : Interprété par Nick Searcy. C’est le chef du bureau des Marshals de Lexington County qui gère notamment les affaires de Harlan County. Il connaissait Raylan avant que celui n’intègre son unité puisqu’ils était tous les deux instructeurs d’arme à feu à Glynco. Il a une opinion mitigée quant à l’arrivée de Raylan sous ses ordres et reste assez méfiant au sujet de ses méthodes. Il est secondé par Tim Gutterson – un ancien sniper des rangers de l’armée américaine – et Rachel Brooks.

Winona Hawkins : Interprétée par Natalie Zea. Winona est l’ex-femme de Raylan, revenue elle aussi dans son Kentucky natal depuis peu. Elle travaille au palais de justice en tant que greffière. Et mon Dieu! ce que cette femme est belle! La Milf absolue. Elle a épousé un agent immobilier après son divorce avec Raylan. Elle est quelque peu surprise de recroiser sa route dans un endroit qu’ils s’étaient tous les deux jurés de quitter pour toujours.

Ava Crowder : Interprétée par Joelle Carter. C’est la veuve du frère de Boyd. Bon, elle a aussi buté le frère de Boyd qui aimait un peu trop l’alcool et lui mettre des mandales. Du coup, bobonne en a eu marre et a troué le buffet de l’immonde salaud avec son propre fusil de chasse, après lui avoir servi son repas préféré. Stylé. Elle est donc poursuivie par Boyd qui est vraisemblablement tiraillé entre prendre soin d’elle, car elle est la veuve de son frère, et la tuer puisque c’est aussi l’assassin du frangin. C’est assurément le personnage qui évolue le plus tout au long de la série. Dans la saison 1, elle joue le rôle de la demoiselle en détresse un peu barj’ et séductrice ayant un gros béguin pour notre ami Raylan.

gzyb17zibu26-full

Justified, une série policière pas comme les autres…

Je ne vais pas vous mentir, je n’apprécie normalement que très moyennement les séries policières. Particulièrement celles dites « procédurales », où l’on suit un crime différent par épisode avec un semblant de fil rouge pour lier les saisons entre elles. En général, on observe un schéma récurrent, à savoir : le crime est commis, on a une première piste, oui, mais en fait ce n’est pas ça ou ce n’était pas lui, puis finalement le méchant se fait choper. Et ben Justified fout tout en l’air à ce niveau là. Pourquoi ? Parce que tu ne peux pas vraiment savoir ce qu’il va se passer. Raylan est un US marshal, ce qui veut dire qu’il n’est pas enquêteur. C’est un agent fédéral dont le boulot consiste majoritairement à poursuivre des fugitifs fédéraux. Et il fait bien son boulot. Mais surtout, les criminels qu’il poursuit sont la plupart du temps des demeurés de compétition. L’action se déroule quand même dans le Kentucky rural et minier, extrêmement raciste et amoureux du port d’arme en toute légalité.

Du coup, Justified prend à contre-pied le schéma un peu trop redondant des séries policières classiques en donnant lieu à des situations souvent grotesques, étonnantes, toujours surprenantes et drôles. Prenez la première rencontre entre Raylan et Dewey Crowe, un des mecs à la solde de Boyd: Raylan se trouve au domicile d’Ava lorsque Dewey rentre en gueulant « mais t’es qui toi ? L’Undertaker !? », référence au catcheur au chapeau. Raylan lui montre gentiment son badge et lui demande de retourner dans sa voiture et de revenir en frappant à la porte avant d’entrer. Dewey s’exécute et pensant être plus malin que le Marshal va récupérer son fusil à pompe dans sa caisse. Sauf que le temps qu’il revienne, Raylan est sur le pas de la porte à l’attendre tranquillement. Dewey le met en joue, et lui demande s’il n’est pas un peu con de ne pas faire profil bas avec un fusil braqué sous le nez. C’est là que Raylan lui fait gentiment remarquer que ce serait vachement plus flippant si son flingue était chargé. Et ce gros con de Dewey Crowe repart d’où il est venu avec sa queue entre les jambes et un nez pété en prime. Vraiment un des nombreux éléments géniaux de cette série. Rajoutez en parallèle l’histoire fil rouge de la saison qui traitent de truands autrement plus dangereux et intelligents, laissez-le s’entrecroiser avec toutes les absurdités commises par nos amis les rednecks et vous avez une des meilleures séries drama actuellement.

Dewey Crowe dans toute sa splendeur
Dewey Crowe dans toute sa splendeur

 

… avec une ambiance et un background de folie

Chaque épisode de Justified s’ouvre sur Long hard times to come du groupe new-yorkais Gangstagrass. Un espèce de mélange de rap et de country qui dépote un max. Un générique qui introduit extrêmement bien l’ambiance de la série. Harlan est donc une ville minière et rurale avec tout ce que cela implique. A savoir l’utilisation sans vergogne de la ressource humaine par des firmes minières qui dès lors que la source d’argent s’est tarie ont quitté ce coin tout pourri et tout paumé. Laissant derrière eux une sous-alphabétisation record, une tradition pour la consommation d’alcool en grande quantité, un racisme rampant et une pauvreté intellectuelle et financière. Du coup, à Harlan c’est un peu la tradition d’enculer l’état. Avoir une activité illégale lucrative est une fierté, que ce soit la conception et la vente de drogue (cannabis, méthadone, etc…), la prostitution, le braquage ou le bon vieux racket. Raylan poursuit d’ailleurs souvent des criminels qui ne sont pas conscients d’avoir fait quelque chose de mal et qui ne comprennent pas la raison de leur arrestation. Les paysages sont magnifiques et les cut scenes, lorsque Raylan se déplace dans la ville, soutiennent et ancrent l’action dans ce trou paumé des États-unis. Tous les personnages sont travaillés profondément à grand renfort d’anecdotes et de connaissances en commun avec Raylan, natif du coin. Les scénaristes nous renseignent sur le background des personnages si bien que lorsque l’on en croise un nouveau on a presque l’impression qu’il a toujours été là. Il est tout de suite introduit dans l’intrigue avec efficacité, sans jamais détonner avec l’action. Et puis c’est le retour du cow-boy putain ! Raylan porte son flingue à la hanche, ne dégaine jamais sans que l’autre ne dégaine avant – rappelant le classique du duel des western. Le mec porte un chapeau, des bottes, un flingue et une étoile. Il n’a pas besoin de parler qu’on sait déjà à qui on à affaire. Autant dire qu’il vaut mieux pas aller lui chier dans les bottes.

Il faut vraiment profiter de ces séries qui réinventent des genres carrés comme le genre policier et s’en régaler le plus possible. Justified fait partie de mon top 3 personnel et j’attends avec la plus grande impatience janvier pour la sixième et dernière saison.

A lire aussi

Cuvée Sonore 64 – Street Dancing

Pas besoin d’attendre la fête de la musique ou la bar mitsvah de tant Sarah pour remuer du bassin dans la rue avec la communauté. Allez mon vieux, c’est dimanche, rien à battre, tu vas sur le perron et tu te déhanches.

Lire l'article

Cuvée Sonore #49 – Blues Passion

La musique afro-américaine pose ses valises à Cognac cette semaine pour la 22ème édition du festival Cognac Blues Passion.

Lire l'article

Cuvée sonore #7 – Old School Rap

C’est devenu un mythe cette fête dans le Bronx, un soir d’été 1973. Cette nuit là, à trois kilomètres au Nord du Yankee Stadium, les gens ont trouvé les baffles les plus balèzes qu’ils aient jamais vus de leur vie. La fête pouvait commencer.

Lire l'article

JR : The NY City Ballet

NY City Ballet, le nouveau projet tutu N&B du photographe JR. Au cœur du hall du théâtre, un oeil immense composé des 80 danseurs du ballet.

Lire l'article

Temps de lecture similaire

ABCDR de l’actu : semaine du 12 au 19 janvier 2016

Chaque jour mérite une lettre disait un vieux sage bordelais. 7 jours, 7 lettres, c’est le même topos. On parle de D comme Générosité d’un président, de V comme Pauvres petits canards, et U comme Gros connard. C’est comme ça chez Slapzine.

Lire l'article

Claque Webosphérique #5

Cette semaine on va aux putes allemandes, on regarde du son suédois, on lit une histoire américaine, on rigole devant les coups de sang de Kanye West, puis on s’arrête sur les pages nécrologiques. Venez-donc.

Et bam. Claque webosphérique !

Lire l'article

Du même auteur

[SÉRIE] : Archer, la bouteille ne suffit pas

Versez-vous un bon martini dry, enfilez votre plus beau col roulé sous votre costard, faîtes bien gaffe que votre flingue soit chargé. Accrochez-vous, aujourd’hui on vous parle d’Archer.

Lire l'article

On ressort les VHS de ta grand-mère : La poursuite infernale, John Ford, 1946

Après la dernière chronique consacrée à Tombstone; nous continuons notre fil rouge en suivant ce personnage mythique de l’Ouest Américain, Wyatt Earp, interprété par Kurt Russell dans Tombstone, et la fusillade d’OK Corral qui a construit sa légende.

Lire l'article