Batman Arkham Knight : quoi de neuf à Gotham City ?

Le chevalier noir revient enfin sur nos écrans, deux ans après la sortie d’Origins. Cet épisode est très attendu par les fans, car il constitue un tournant dans la saga Arkham, avec le passage aux consoles next-gen, PS4 et Xbox One. Les développeurs de Rocksteady nous ont réservés de multiples surprises et innovations, la plus attendue étant bien évidemment la faste et furieuse Batmobile. Bruce Wayne a accepté de passer devant l’oeil critique de Slapzine pour juger le niveau de cet Arkham Knight. En voiture Alfred !
Capture d’écran 2015-07-02 à 03.22.06.png
Tu peux même commander un menu Maxi Best Of 280 à Lucius Fox dans Arkham Knight

 

Batman Arkham Knight
Développé par Rocksteady
Existe sur : PC, PlayStation 4 et Xbox One

Scénario qui rendrait fier Bob Kane

L’histoire prend place quelques mois après les évènements d’Arkham City, le Joker est … Bon on n’ira pas plus loin, la brigade du spoil est à cran ces derniers temps avec la saison 5 de Game Of Thrones. Batman doit affronter une nouvelle menace. l’Épouvantail, ennemi récurent des Comics, qui a préparé un gaz toxique qui provoque l’exode massif de tous les habitants de Gotham. Tous ? Non! Un petit groupe d’irréductibles vilains résiste encore et toujours à la chauve-souris et va semer le chaos dans la ville avec le plus fort taux de criminalité au monde. En vrac, Batman va devoir se frotter à Double-Face, le Pingouin, Firefly et comme toujours l’Homme-Mystère avec ses nombreuses énigmes.

BATMAN™_ ARKHAM KNIGHT_20150624020952.jpg
Le chevalier d’Arkham va vous torturer l’esprit et les pouces durant de nombreuses heures.

La grosse nouveauté au rayon des méchants se nomme le Chevalier d’Arkham. Similaire à Batman par sa carrure et le design de son costume, cet ennemi mystérieux représente le plus gros intérêt de cet opus car ce personnage a été développé spécifiquement pour ce jeu. Une prise de risque appréciable quand on connait l’univers très opaque de Batman, en terme de renouvellement d’ennemis. Une autre figure emblématique apparait dans Arkham Knight, Lucius Fox, le PDG de de Wayne Enterprise. Joué par Morgan Freeman dans la série des Dark Knight, Lucius Fox sera un compagnon indispensable dans votre aventure tout comme Catwoman, Robin et Nightwing. Ces derniers sont jouables sur certaines phases qui permettent au joueur d’avoir une expérience différente mais souvent trop courte. Ils interviennent dans les missions secondaires et l’on doit combattre en duo avec eux. Il faudra attendre les contenus additionnels pour sans doute véritablement les utiliser.

Drifts et missiles avec la Batmobile

Souvent annoncée mais jamais jouable dans les trois premiers Arkham, la voiture du chevalier noir se dévoile enfin et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on va souvent l’utiliser. Rocksteady a fait le choix de mettre en avant ce véhicule afin de proposer un autre gameplay aux joueurs. Malheureusement l’expérience se résume à deux types de missions : des courses-poursuites avec les malfrats et de féroces batailles contres les tanks du Chevalier d’Arkham. Une quête annexe lui est entièrement consacrée d’ailleurs. Il faut éliminer plusieurs bombes dans Gotham en évitant les drones et les chars, ce qui amène parfois de véritables luttes stratégiques en se servant de tout l’arsenal de la Batmobile : missiles téléguidés, bombe IEM ou contrôle à distance des tanks ennemis.

BATMAN™_ ARKHAM KNIGHT_20150702002126.jpg
Mieux que ta 206 tunée avec des néons et des flammes sur le parking d’Auchan Mériadeck, la Batmobile

Pour le reste la Batmobile représente un moyen de locomotion alternatif aux toits mais également une solution pour résoudre les énigmes du Sphinx, ce filou a construit plusieurs circuits souterrains dans Gotham qu’il faudra relever afin de libérer Catwoman. Certains sont de véritables casse-têtes, tant il faut combiner dextérité et rapidité. Ce petit extra n’a rien à envier à la route arc-en-ciel de Mario Kart. Cette première expérience de la Batmobile mérite néanmoins une suite car les restrictions des possibilités du véhicule laissent un goût amer. On fait la fine bouche mais conduire la Batmobile à 250km/h dans les rues de Gotham reste un kiff monumental.

Batman ou Inspecteur Gadget ?

Comme à son habitude, le chevalier noir va recourir à un arsenal impressionnant d’outils pour mettre à mal les truands de Gotham. On retrouve ainsi les célèbres Batarang, la tyrolienne, le gel explosif mais également quelques nouveautés : un synthétiseur vocal, un brouilleur de drones et une manette pour se servir à distance de la Batmobile. Cela décuple les manières de battre les sbires de l’Épouvantail et du Chevalier d’Arkham. Ils sont également utiles pour récupérer certains trophées et bonus.

BATMAN™_ ARKHAM KNIGHT_20150701194232.jpg
Les dialogues entre les méchants sont toujours aussi savoureux.

Ces accessoires doivent aider Batman à se sortir des situations les plus périlleuses, notamment lors des quêtes annexes. Arkham Knight fait la part belle à ces objectifs secondaires qui sont souvent nécessaires pour progresser dans l’aventure principale. Grâce à eux vous pouvez récolter des points WayneTech qui servent à améliorer les capacités du détective masqué, que ce soit sa protection, sa puissance ou son bolide. Parmi celles-ci, on a apprécié les casses de banque avec Double-Face où il faut à la fois ruser et tout fracasser.

Au niveau des combats, on ne notera que très peu de changements. Le mode semi-automatique est toujours d’actualité, notamment lorsque Batman se bat contre un groupe. On appréciera néanmoins l’ajout de l’Intimidation. Cette possibilité permet d’éliminer plusieurs ennemis en les surprenant d’en haut ou par derrière. Pour le reste les éliminations silencieuses, depuis les rebords, les grilles ou les gargouilles sont toujours là. La technique contrer-étourdir-cogner reste la plus efficace, ce qui restreint souvent les possibilités outre les gadgets. Quoiqu’il arrive vous pouvez toujours recourir à la Batmobile pour éliminer tout le monde d’un seul coup, ce qui facilite grandement le challenge.

NOTE 17/20 : Au final ce Batman Arkham Knight nous a séduit par sa fidélité à l’esprit sombre des comics mais également par ses nouveautés non-négligeables comme la Batmobile, les gadgets et la multiplicité des missions complémentaires. Autre point notoire, ce Gotham-là est tout simplement splendide entre ses panneaux publicitaires bourrés aux néons, ses buildings sclérosés et sa pluie fine qui jaillit sur la cape de notre Batou. Le monde ouvert est également agrandi, environ 1,5x fois plus grand que la carte d’Origins. On ressort de ce quatrième opus de la Série Arkham avec une certitude bien ancrée : le Chevalier Noir a su se faire une place dans les titres vidéoludiques du XXIe siècle, contrairement à Superman, aux X-men et aux Avengers.

 

Bonus : pour couronner ce test, un petit top/flop des jeux vidéo Batman afin de satisfaire vos envies de fracasser du Joker mais surtout pour ne pas vous faire arnaquer.

Top 1– Batman Arkham City : Sorti en 2009, City offrait aux joueurs un Gotham pour la première fois entièrement modélisée en 3D. Batman y affronte un scientifique dégénéré, Hugo Strange, associé au Joker et à Ra’s al Guul, qui souhaite tuer tous les prisonniers d’Arkham grâce au protocole 10. Par son univers très obscur, la possibilité de naviguer librement dans gotham et son scénario haletant, Arkham City est devenue une référence, à mi-chemin entre Assassin’s Creed II et Splinter Cell Double-Agent.

1314709278_batman-arkham-city-playstation-3-ps3-1314604007-099
Arkham City : enfin la possibilité de se balader dans un Gotham en HD.

Top 2– The Adventure of Batman and Robin : inspiré directement de l’excellente série animée du début des années 90, ce jeu sorti en 1994 sur Super Nintendo et Megadrive est un Metal Slug-like, à savoir un beat them all où il ne faut pas trop réfléchir et avant tout défoncer ses adversaires en pagaille. La possibilité de conduire la Batmobile et piloter le Batwing sont des plaisirs non-négligeables. Malgré l’absence assumée de scénario, ce jeu reste l’une des références action/baston des consoles 16 bits.

Même en 16 bits, le Joker nous torturait déjà.
Même en 16 bits, le Joker nous torturait déjà.

Top 3– Batman Arkham Asylum : distingué par le Guinness Book des records comme « le jeu de super-héros le mieux noté de tous les temps par la presse spécialisée », Arkham Asylum est tout simplement un chef d’oeuvre. Le soin apporté aux graphismes et aux designs des personnages est tout simplement fabuleux, tout comme la trame qui suit le Joker, semant le trouble dans la plus grande prison du monde. Avec des combats de boss épiques comme face à Poison Ivy, Killer Croc ou Bane mais également un système de combat inédit : attaquer/étourdir/contrer qui propose une toute nouvelle expérience au joueur. On comprend pourquoi avec Batman Arkham Asylum, le jeu vidéo peut-être désigné comme un art.

BATMAN™_ ARKHAM KNIGHT_20150626015312.jpg
Vous prendrez bien un petit coup avant d’attaquer les flops ?

Flop 1– Batman et Robin : si le film réalisé par Joel Schumacher vous a dégouté, le jeu vidéo sur playstation va vous donner des envies de scarification. Par ses nombreux bugs de collision, de maniabilité et de caméra, Batman et Robin est le Waterloo des jeux vidéo Batman. Sorti en 1998, le titre souffre de la comparaison graphique avec Tekken, Wipeout ou Metal Gear Solid. Confronté à Mr.Freeze et Poison Ivy, le jeu devient très vite compliqué et frustrant par sa difficulté mal dosée. À mettre au placard définitivement.

Flop 2– Batman Dark Tomorrow : quand un jeu est unanimement noté à 5/20, que ce soit en France, aux USA et au Japon. on ne peut qu’être dubitatif sur ce Dark Tomorrow. Un signe qui ne trompe pas, l’éditeur de ce jeu, Kemco, avait également produit l’horrible Superman 64. Kemco est depuis activement recherché par Interpol pour ces deux crimes atroces commis contres nos super-héros. Mal configuré, totalement vide et très déplaisant manette en main,  cet opus Batman est un échec sur toute la ligne.

Nous nous excusons d'avance pour la fracture visuelle occasionnée.
Nous nous excusons d’avance pour la fracture visuelle occasionnée.

Flop 3– Batman Begins : adapté directement du film de Christopher Nolan, Batman Begins sorti sur Gamecube, Xbox et PS2 n’est pas en soit un mauvais jeu. Graphiquement il est très correct et le scénario suit la trame du film. Malheureusement les louanges s’arrêtent ici car comme de nombreux jeux à licence, Batman Begins ne prend aucun risque et se contente d’être un titre d’action/plate-forme sans frénésie. Pourtant le potentiel vidéoludique sur la série des Dark Knight était énorme, mais heureusement pour les Gamers, la série Arkham est apparue sur Terre.

Christian Bale modélisé comme un Sims. Paix à son âme.
Christian Bale modélisé comme un Sims. Paix à son âme.

A lire aussi

On ressort les VHS de ta grand-mère: True Romance, Tony Scott, 1993

Vous l’aurez peut-être compris, True Romance n’est pas vraiment du cinéma à l’eau de rose. Réalisé par Tony Scott, frère de Ridley et déjà connu pour avoir signé Top Gun en 1986, le film avaient choqué le public lors de sa sortie. La faute à de nombreuses scènes de confrontations, faisant voler les gouttes de sang, les éclats de verre et les plumes d’oreillés perforés. C’est parce que l’ombre de Quentin Tarantino plane sur le scénario.

Lire l'article

Emmanuelle Ajon : la femme est-elle l’avenir de l’homme politique ?

Emmanuelle Ajon, conseillère municipale socialiste à la Mairie de Bordeaux mène un combat pour permettre aux femmes de défendre leur place au sein de la société et qui plus est en politique.

Lire l'article

Le scénario de « The Hateful Eight » en libre accès.

Après les fuites sur son prochain film, Quentin Tarantino a décidé d’abandonner le projet. Aujourd’hui, il décide de publier le scénario de « son bébé ».

Lire l'article

Bande annonce à la moulinette : 21 nuits avec Pattie

Les frères Larrieu retrouvent Karin Viard après « L’amour est un crime parfait ». Réalisateurs notamment de Un homme, un vrai (2002) et Les derniers jours du monde (2008) , ils sont de retour avec une comédie polissonnes, opposant Caroline la coincée (Isabelle Carré) et Pattie la coquine (Karin Viard).

Lire l'article

Temps de lecture similaire

L’agenda international 2014

Le retour de la puissance russe, les Jeux olympiques, la Coupe du monde de foot, les commémorations de la Première Guerre mondiale et de la chute du mur de Berlin seront les événements incontournables de cette année. Mais pas seulement…

Lire l'article

Identitaires

Lire pour y voir plus clair sur les problèmes identitaires. Un roman danois et un essai d’un écrivain libanais : Les complémentaires (Jens Christian Grøndahl) et Les Identités meurtrières (Amin Maalouf).

Lire l'article

Du même auteur

ABCDR de la semaine du 23 au 30 décembre

En cette période de fête, il faut chercher l’actu aux confins de la galaxie, en Irak, en Corse en passant par la Chine. Voici un Abdcr plus festif que jamais.

Lire l'article

Coupe du monde de rugby 2015 : on fait le bilan.

Avec 20 équipes en lice, 46 rencontres et quelques 3 millions de litres de bière versés dans les pubs, pendant un mois et demi, les amoureux du ballon ovale ont pu apprécier en long et en large cette compétition et ce DIABLE de Mike Brown, hommage à Christian Jean-Pierre, notre guide spirituel durant 45 jours.

Lire l'article