BA à la moulinette – Night Call

C’est l’un des chocs du dernier Festival de Toronto. À la fois satire de la télé poubelle et portrait d’un apprenti journaliste désespéré et effrayant, le premier long métrage de Dan Gilroy (scénariste de la saga Jason Bourne) risque de marquer les esprits. Succédant à un Nicolas Winding Refn (Drive) ou à un Michael Mann (Collateral) dans sa façon de filmer « L.A. by night », Gilroy impose son style en livrant une vision glaçante de cette « City of Angels ».

Par une pirouette linguistique qui n’appartient qu’au marketing cinématographique, « Nightcrawler » devient en français « Night Call ». Le titre original, bien plus étrange, fait du héros un animal rampant (« crawler ») dans la nuit. Ce charognard est interprété par Jake Gyllenhaal (Donnie Darko ; Prisoners) qui a opéré une transformation physique radicale (- 15 kgs) pour entrer dans la peau de ce pigiste charognard de l’info. « Il profite des faibles et des désespérés. Il me fait penser à un animal sauvage, à un coyote. Je me suis sous-alimenté et isolé. Ajoutez à ça la fatigue d’un tournage de nuit. Quand je me regardais dans la glace, j’avais les yeux d’un fou » rend compte l’acteur.

 

La bande annonce décryptée

Durée : 1mn44

Nombre de plans : 89

Échelle de jouissance : 8/10

LA punchline :  « Imaginez notre JT comme une femme hurlant dans une rue, la gorge tranchée »

On a compris que :

Lou (Jake Gyllenhaal), cherche du taf. Après s’être pris un refus par un patron ingrat, le vieux briscard rentre chez lui. Sur la route, Lou est témoin d’un accident morbide que deux « journaleux » s’empressent de couvrir pour revendre les images aux chaînes TV avides d’infos trashs. En voilà un bon job facile qui rapporte gros ! Un achat de caméra plus tard, il se lance donc dans une chasse aux scoops dégénérée et immorale… quitte à mettre en scène les accidents pour gagner encore plus d’argent et satisfaire ces médias de bas étage.

Fiche technique :

Titre original : Nightcrawler

Réalisateur : Dan Gilroy

Genre : Thriller

Nationalité : Américain

Date de sortie américaine : 31 octobre 2014

Date de sortie française: 26 novembre 2014

Durée : 1h57

A lire aussi

ARTE ouvre sa plateforme cinéma

Depuis le 1er septembre, Arte a lancé sa plateforme cinéma. Tous les films diffusés sur la chaine seront disponibles en streaming gratuit. A découvrir ici.

Lire l'article

On ressort les VHS de ta grand-mère : Tombstone, Georges P. Costamos, 1993

Un western explosif où s’entremêlent vendetta épique et réalité historique. L’intérêt du long-métrage réside en partie dans la mise en scène d’événements emblématiques du mythe de l’Ouest Américain. Le plus fameux : la fusillade d’OK Corral.

Lire l'article

Bande-annonce à la moulinette : Dope

Chaque mercredi, la B-A à la moulinette vous conseille (ou pas) d’aller voir un film en décryptant simplement sa bande-annonce. Cette semaine on part chez les geeks de Los Angeles.

Lire l'article

BA à la moulinette: Only lovers left alive

Nous n’avons pas vu le film, mais nous avons décrit sa bande annonce. Jim Jarmusch signe ici une histoire d’amour éternelle entre Adam et Eve des vampires aux antipodes des clichés habituels dans les entrailles de Détroit et Tanger.

Lire l'article

Du même auteur

Time-lapse: Bordeaux poétique

Dans le parfum des nuits sans pareil, Et l’éclat des corps qui s’émerveillent, Ses lèvres avaient un gout de miel, On regardait droit dans le soleil.

Lire l'article

GODDOG x Le M.U.R de Bordeaux

Pour la 17ème performance du M.U.R de Bordeaux, l’association Pôle Magnetic accueillait l’artiste avignonnais GODDOG. Retour en images sur l’élaboration de cette fresque de 35m2 située place J.P Avisseau aux Chartrons.

Lire l'article