B.A à la moulinette: La Voie de l’ennemi

Réalisé par le français Rachid Bouchareb (Indigènes ; Just Like A Woman), La Voie de l’ennemi est une relecture lointaine du film noir Deux hommes dans la ville réalisé en 1973 par José Giovanni. Transposée et métamorphosée dans un coin paumé, recuit et poussiéreux du ­Nouveau-Mexique, l’intrigue revêt des aspects de Western abordant le sujet de la rédemption et de la réinsertion dans la société. Malheureusement, en dépit d’une photo magnifique et la présence de comédiens qui n’ont plus rien à prouver (Forest Whitaker, Brenda Blethyn et Harvey Keitel), Ce second long-métrage produit par la maison Pathé France semble ne pas avoir conquis la critique, dénonçant « une intrigue déséquilibrée par des invraisemblances et des situations téléphonées ». A vous de juger mes bichons. Et puis t’façon, c’était le seul film à peu près potable cette semaine, donc par soucis de faire avancer cette chronique, on fait un effort.

arton26846

 

Durée: 1 min 19

Nombre de plans: 59

Echelle de jouissance: 6/10

LA punchline:  « Eloigne ce salopard de nos gosses. »

On a compris que: 

William Garnett vient de passer la moitié de sa vie en taule. Alors qu’il retrouve le chemin de la liberté, pensant vivre désormais une vie peinarde à faire de la moto dans le désert du Nouveau-Mexique, il va vite se faire rattraper par son passé. Le Sheriff de la contrée semble incapable de croire en sa reconversion et lui met une pression constante au risque de le faire rechuter dans l’univers carcéral. Mais heureusement, son agent de probation veille au grain et lui évite toutes nouvelles embrouilles avec les gringos du coin.

Fiche technique :

Réalisation : Rachid Bouchareb

Durée: 1h58

Genre: Drame

Origine: France

Sortie: 7 mai 2014