Sofles — Limitless

Sofles et trois potes, une usine désaffectée, des litres de peintures et un timelapse impressionnant. Voilà les ingrédients pour obtenir une pépite vue 2,5 millions de fois sur Youtube en 2 jours.

Appartenant à l’Ironlak family (marque de bombe), le graffeur australien Sofles maitrise son sujet de bout en bout. Reconnu dans le milieu pour la diversité des styles qu’il maitrise, Sofles n’en est pas à sa première orgie de peinture. On l’avait déjà remarqué en juin dernier dans une leçon de graff (déjà signée par la vidéaste Sélina Miles) ou encore dans le clip des rappeurs australiens Hilltop Hoods.

A lire aussi

Week’s Words : semaine du 7 au 13 décembre

Comme chaque lundi, Week’s Words vous résume l’actualité passée inaperçue de la semaine.

Lire l'article

[EDITO] Contrairement à ce que l’on pense, les jeunes ne se foutent pas du 11 novembre

Les jeunes n’en ont cure du 11 novembre. Vous en êtes sûr ?

Lire l'article

Illusion d’optreeque

Magiciens ou artistes ? Deux allemands ont réussi à faire flotter un arbre dans les airs. Le résultat est bluffant.

Lire l'article

On a participé au projet Inside Le Havre avec JR

Reportage au Havre, avec une de nos biches qui faisait partie de l’équipe de JR lors de son dernier gros projet en France : le collage d’un immense porte container.

Lire l'article

Temps de lecture similaire

Adopter la sodomie en 4 minutes 30

Toi aussi, utilise le nouveau spray décontractant anal !

Lire l'article

[EDITO] L’Arabie saoudite est un défouloir facile

Presque deux semaines après les attentats du 13 novembre, on cherche les raisons de la colère. Les analyses fleurissent et l’Arabie saoudite, monarchie sunnite prônant un Islam rigoriste, est pointée du doigt. Un peu facilement parfois.

Lire l'article

Du même auteur

Le top 10 des dicta-killers

Être dictateur c’est un métier. Il y en a qui sont meilleurs que d’autres.

Lire l'article

Boys Noize fait remixer son « Out of the black »

Le patron berlinois Boys Noize passe cette fois de l’autre côté des platines pour laisser le supposé gratin de l’électro mondiale remixer l’opus « Out of the Black ». Résultat.

Lire l'article