Djerbahood, quartier d’été du street-art

On en a pas mal entendu parler, et le destin a fait que je m’y suis rendu, à Erriadh, sur l’Ile de Djerba en Tunisie …

 

Djerbahood-Vernissage-de-la-galerie-d´art-urbain-en-septembre-1

 

Djerbahood, c’est quoi ?

Après le succès du projet  « Tour Paris 13 », la galerie parisienne Itinerrance, dirigée par Mehdi Ben Cheikh, est de retour avec un projet d’une autre envergure, cette fois ci dans le bassin méditerranéen, loin de l’effervescence de la métropole.

La galerie Itinerrance, depuis 2004, s’est lancée le défi de devenir un lieu incontournable du Street Art. Et c’est plutôt réussi. Regroupant des artistes de toutes nationalités, et de renommée internationale, leurs projets s’inscrivent dans la valorisation du tissu urbain, et dans une bataille de légitimation de l’art de rue.

Au sud de la Tunisie, région encore sous le joug post-printemps arabe, les initiatives culturelles sont très peu nombreuses. Bien que la première édition du festival franco-tunisien des Dunes Electroniques en février à Nefta, au cœur des anciens décors de la trilogie Star Wars ait eu un fort succès, les projets culturels sont encore dans l’ombre du Nord du pays.

Alors sur l’Île de Djerba, dans la ville d’Erriadh, un véritable musée à ciel ouvert a vu le jour: 150 street-artistes de 30 nationalités différentes ont investi les murs blancs typiques de l’architecture traditionnelle djerbienne. Et Waou, on en a plein les yeux !

Le teaser de l’événement:

Au détour de ruelles blanches et bleues, d’enfants en vélo, de mobylettes, de bougainvilliers, et d’une population locale un peu dubitative, on découvre sur les murs des œuvres complètement intégrées au lieu choisi.

Avec des artistes comme C215, El SEED, Herbert Baglione, Know Hope …  il ne s’agit pas ici uniquement de peindre ou de bomber sur les murs, comme on pourrait le retrouver dans beaucoup d’endroit, il s’agit de réellement s’approprier le lieu et de jouer avec l’environnement qui nous entoure.

Crédit Mathieu Nieto
Crédit Mathieu Nieto
10707965_10204709455114673_892540555_n
Crédit: Emma Guerchon
10699125_10204709455354679_885620873_n
Crédit: Emma Guerchon

En se servant des courbes, des couleurs, des formes d’une architecture loin de celle de Paris ou sa banlieue, on découvre le street art sous une autre dimension.

Chaque œuvre s’inscrit non seulement dans la dimension du lieu, mais dans la culture locale. L’utilisation de l’arabe, ou de personnages rappelant les berbères du désert, tend à amplifier l’appropriation d’une culture loin de la notre… dépaysement garanti.

Djerbahood

L’île de Djerba est connue pour son tourisme de masse, ses plages de sable fin, et une eau translucide à vous faire faire de la plongée alors que vous n’en avez jamais eu envie… Mais ce n’est pas seulement ça. Certes le tourisme y fait vivre une partie de la population locale, mais la zone touristique ne représente qu’une seule partie de l’Île, la ville de Midoune.

Tout le reste vit au rythme tunisien, loin de shorts et des « crocs » … avec ses problèmes d’économie locale, les problèmes écologiques de l’île liés au tourisme, comme le non-traitement des déchets, l’immigration massive de libyens menant à une saturation du logement ou encore des problèmes inter-culturels, plus présents que jamais.

Alors au lieu de se la couler douce dans des hôtels, avec pension complète et buffet à volonté, les touristes de masse feraient mieux de sortir de leurs séances d’aquagym dans la piscine de leur club et découvrir une initiative vouée à rester gravée un moment dans ses murs bleus et blanc…

10705103_10204709455554684_181128527_n
Crédit: Emma Guerchon
10681503_10204709455914693_2135144844_n
Crédit: Emma Guerchon

Pour vous immerger un peu plus dans ce projet, vous pouvez suivre la web série co-produite par Arte et Image & Compagnie , qui suit les étapes de création de chaque artistes, et l’implication qu’ils ont pu avoir auprès d’une population locale plus qu’accueillante … Et bien-sûr, vous pouvez également vous rincer l’oeil sur le site officiel de Djerbahood, à cette adresse.

 

A lire aussi

Les salles de concert bordelaises dans l’après 13 novembre

Le Krakatoa et la Rock School Barbey, deux salles de concert emblématiques de Bordeaux, s’expriment quelques jours après les attentats. Le Krakatoa avait reçu en juin 2015 le groupe Eagles of Death Metal, qui se produisait au Bataclan au moment des attaques.

Lire l'article

BA à la moulinette – States of Grace

Destin Cretton s’est inspiré de sa propre expérience d’éducateur dans un centre spécialisé pour réaliser States of Grace, un film qui dégouline de vérité.

Lire l'article

[EDITO] CA TANGUE A TRIBORD ?

Ce n’est pas nouveau, certains journalistes des grands médias et ceux qu’ils appellent « intellectuels » sont en forte connivence…

Lire l'article

Etats-Unis : l’argent fait la politique

Une récente étude de chercheurs en sciences politique américain constate qu’aux Etats-Unis, les 10% des américains les plus riches ont une forte influence sur les décisions politiques quand l’américain moyen n’en a aucune.

Lire l'article

Temps de lecture similaire

Marches républicaines : « Unis pour la liberté »

Les marches républicaines organisées un peu partout à travers la France ont réuni près de 4 millions de manifestants. Une mobilisation historique que Slapzine a couvert en live sur Twitter à Paris, Marseille et Bordeaux. Compte-rendu simultané.

Lire l'article

Filmer sous le skate, une révolution ?

C’est l’idée plutôt maligne qu’a eu Dean-Paul Denniston, un jeune californien sponso par Acrylick. Déjà près de 130 000 clics en 2 jours pour cette pépite visuelle d’un nouveau genre.

Lire l'article

Du même auteur

Bruddha Music, les ratons-laveurs prêcheurs de bons sons.

Le raton laveur est un petit animal nocturne, qui va fouiller dans une poubelle pour aller chopper des trucs à bouffer et qui vont lui faire sa nuit … Bruddha est comme eux, une bande qui est contente d’avoir trouvé dans les poubelles un truc qu’elle veut partager.

Lire l'article