Petite Histoire #1 – Le Congrès eucharistique international de Carthage

J'avoue faire des études d'Histoire, je n'avais jamais entendu parler de ce genre d'événements jusqu'à cette année. Je vous présente donc la chose. Un congrès eucharistique, c'est un rassemblement de clercs et de laïcs qui a pour but de faire le point sur l'évangélisation, officiellement, mais qui est aussi une vitrine pour le pays organisateur. Ainsi ces congrès se font-il à diverses échelles : régionale, nationale, internationale.

Le premier Congrès Eucharistique International se tînt à Lille en 1881, mais il n’en avait que l’appellation, n’attirant que des locaux. Par la suite, ces congrès devinrent des événements grandissants, réunissant plus de monde chaque fois. En 1893, le Congrès Eucharistique International de Jérusalem s’illustra comme le premier à se tenir hors d’Europe. Une suspension a ensuite lieu entre celui de 1914 (Lourdes) et celui de 1922 à Rome, alors même que Mussolini venait de prendre le pouvoir.

C’est donc en 1930, du 7 au 11 mai, que se tient le premier Congrès Eucharistique International d’Afrique, à Carthage. Cet épisode est assez méconnu et même les Pères Blancs de Carthage des années 1960-1970 ignoraient beaucoup à son sujet.

Congrès_eucharistique_1930

Nous sommes alors, bien sûr, en Tunisie française et c’est le Père Delâtre qui est chargé, depuis 1875, de mener les fouilles sur le site de la Carthage antique. Le Congrès revêt alors des enjeux bien plus que religieux : c’est le moment idéal pour étaler aux yeux de la communauté internationale (très majoritairement occidentale), 55 ans de fouilles du site punique, alors que les conflits entre les écoles historiques et archéologiques fait rage en Europe. Les préparatifs sont immenses et représentent des dépenses énormes, dans les domaines de la logistique et des transports notamment, mais aussi pour la réhabilitation et la reconstitution d’amphithéâtres, de basiliques…

Les puissances occidentales ne se rendent pas compte de l’affront qu’ils font subir aux locaux, ils jugent normal que les musulmans accueillent les chrétiens du monde entier, voyant l’événement comme un symbole de paix entre les religions, d’universalité. L’afflux est énorme, tous les hôtels du pays sont complets et nombre de maisons sont réquisitionnées à Tunis même, au nom de la fraternité des peuples… Cependant, le mécontentement est palpable, même si aucune émeute ou manifestation n’éclate au grand jour, c’est tout un mouvement de volonté indépendantiste qui se voit boosté par les abus occidentaux.

Le Congrès se déroule sans incident grave sous fond de rivalités nationalistes des grandes puissances de l’époque que sont l’Italie, la France, le Royaume-Uni… Ces pays ne voient pas la situation comme une provocation, ils sont aveuglés par leurs désirs d’en mettre plein les yeux à leurs pairs. Pour dire à quel point la colère des Tunisiens est légitime, deux exemples : la France va jusqu’à inviter Louis Bertrand, membre actif de l’Action Française depuis le début du siècle ; lors de l’ouverture du Congrès, des centaines d’enfants défilent, devant la foule venue pour l’occasion, déguisés en croisés.

Aujourd’hui encore, on trouve très peu d’informations sur le sujet et j’ai de la chance d’avoir eu un professeur qui s’est intéressé de près à l’événement et qui n’a pu en tirer qu’un article, devant la rareté des sources. Certains événements de notre Histoire ne sont pas une fierté, mais est-ce pour autant qu’ils doivent être occultés ?!

A lire aussi

Vers une automatisation générale de la presse ?

A l’heure où l’instantanéité de l’information la réduit à son plus simple appareil, une start-up américaine propose une automatisation systémique de l’information.

Lire l'article

Week’s Words : semaine du 5 au 11 octobre

Chaque lundi, Week’s Words vous balance cinq informations dé-formatées qui n’ont pas ou peu fait l’actualité la semaine passée. Aujourd’hui on parlera de taxis, d’armes nucléaires moldaves, du cocorico technologique, de bières et de Wikileaks.

Lire l'article

[Edito] Un modeste appel à la tempérance

Vendredi 13 novembre 2015 au soir, on était bien. On coulait quelques bières, on écoutait du son. Et entre 21h30 et 22 heures, les alertes commencent à tomber. L’alcoolémie chute. Le stress et la peur grimpent. En direct. Depuis samedi matin, on tient une effroyable gueule de bois. Et c’est bien connu, il ne faut jamais prendre de décision quand on tient la gueule de bois.

Lire l'article

Good Grooves #30 – Senbeï – Army Of Me

Après 3 albums, le beatmaker barbu du nom de Senbeï revient avec un E.P aux saveurs nippones et aux mélodies aériennes avec l’efficace « Army Of Me »

Lire l'article

Temps de lecture similaire

On ressort les VHS de ta grand-mère : La poursuite infernale, John Ford, 1946

Après la dernière chronique consacrée à Tombstone; nous continuons notre fil rouge en suivant ce personnage mythique de l’Ouest Américain, Wyatt Earp, interprété par Kurt Russell dans Tombstone, et la fusillade d’OK Corral qui a construit sa légende.

Lire l'article

La finale du Red Bull Crashed Ice en vidéo

Prenez des guedins en patin, un parcours de bobsleigh en plus vénère et vous obtenez le Red Bull Crashed Ice. A découvrir ici.

Lire l'article

Du même auteur

Fuzati et Orgasmic à l’I.Boat

A la veille de ses trois ans, l’I.Boat nous a programmé des monstres sacrés du rap alternatif français : Fuzati et Orgasmic. Slapzine y était pour vous.

Lire l'article

« Dans mille ans, y’aura des singes dans la tour Eiffel »

Zippo m’a mis un sacré rondin. Et pour cause, l’EP, c’est Bûcheron. Mais attention, nul ne parle d’un mec avec une tronçonneuse, non celui-ci défonce les arbres à la bonne vieille hâche.

Lire l'article