Ne bougez pas, on revient vite !

C'est avec énormément d'émotions saupoudrées d'un peu de tristesse et beaucoup de joie que nous vous annonçons la fin de Slapzine.fr sous sa forme actuelle. Mais ne quittez pas cette page de suite ! On vous a dit qu'il y avait aussi de la joie dans tout ça !

 

Chers Slapeurs,

Pour des raisons techniques et financières, Slapzine doit s’adapter et muer pour essayer de survivre quelques années de plus. Comme vous le savez sûrement déjà, notre équipe était constituée en grande partie d’étudiants journalistes et autres mécréants de divers bancs de facultés. Seulement, les études se finissent bien un jour ou l’autre. Chacun a trouvé sa voie et vaque désormais dans le milieu professionnel qui lui sied pour essayer de payer son loyer.

Toujours vivant, toujours debout

En tant qu’association et média entièrement gratuit, il nous était difficile de pouvoir garder sous la main nos rédacteurs bénévoles récoltés en cours de route. L’appât du gain étant sans doute la raison de cette fuite de cerveaux. Le temps manque, les articles se font de plus en plus rares, et le site se meurt… Il nous fallait réagir !

Le noyau dur de ce projet est toujours vivant, ne vous inquiétez pas ! Certes également embourbé dans cette spirale du CDD / Service Civique / Stage ou CDI pour les « chanceux », mais toujours aussi motivé pour continuer à faire vivre ce bébé né il y a trois ans.

Passer du milieu étudiant à celui de professionnel s’avère être une tâche compliquée. Mais nous pensons avoir trouvé LA bonne solution pour y parvenir : alléger notre contenu rédactionnel gratuit actuel et développer des projets qui nous permettront de faire vivre l’association. Les multiples réunions et discussions de comptoirs qui nous ont amenées à écrire ces lignes avaient toujours en ligne de fond ceci : « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ». En gros, nous ne ressemblerons jamais à ces « putaclics » de K**bini, Huff****** Post, ect… Déjà parce que nous vous respectons, deuxio parce que nous ne sommes pas une équipe de 58 stagiaires exploités et tertio parce que nous avons toujours primé la qualité à la quantité.

 

slap-x-so

Nous recentrer sur l’essentiel

Nous nous efforcerons de garder quelques chroniques qui vous plaisaient. Nous nous appliquerons à toujours vous proposer des interviews et reportages de qualité, mais sans vous le cacher, avec des ambitions moindres. Nous avons sûrement pointé le curseur un peu trop haut, en faisant confiance à des personnes qui n’avaient que de bonnes idées sur le papier mais jamais concrètement abouties. Faire la police en courant après nos rédacteurs pour avoir les articles nous a fatigué. Désormais, nous préférons compter sur un collectif amaigri mais qui tient sa parole. Et puis, il faut aussi que nous, le noyau dur, jonglions avec nos activités parallèles.

Ce régime journalistique est dû à des raisons techniques donc, mais également parce que nous vous préparons d’autres projets sous un angle différent. Vous allez vous dire, « ils se retirent du travail parce qu’ils n’arrivent pas à gérer leurs ambitions, mais se rajoutent d’autres projets à côté, quelle idée farfelue ! » Et ouais ! On est un peu timbré chez Slapzine. Attendez de lire la suite.

À Quelle Heure ?!

Nous, on aime bien s’amuser et faire de la vidéo. Mais pas forcément dans des trucs liés à l’univers du journalisme tu vois. Faire des after-movies de soirées par exemple, des clips, de la musique, organiser des soirées, des expos… blablabla. Par souci d’éthique et de déontologie, nous devions nous dissocier de Slapzine en créant notre boite de production, finement nommée « À Quelle Heure ?! ». Ces activités étant souvent rémunérées, nous ne pouvions pas continuer à confondre « contenus journalistiques gratuits et indépendants » et « contenus à buts lucratifs ». Ces derniers finançant les autres, vous l’aurez compris.

Même si les projets de Slapzine et À Quelle Heure ?! Production sont différents d’un point de vue financier et du contenu, l’équipe, elle, reste la même. C’est pour cela que notre site doit se refonder : une seule adresse web pour deux choses bien particulières. Pour cette raison, la plateforme va subir quelques modifications, le temps que notre amour de web-master mette son casque de chantier et sorte sa truelle AZERTY.

Cette passion qui nous anime depuis le début n’est pas perdue on vous le promet. C’est pour cette raison que nous continuerons de soutenir toutes les personnes qui sont à l’origine de projets de qualité sur la ville de Bordeaux et qui ont pu contribuer de près ou de loin à l’aventure Slapzine. Nous tâchons de nous dépêcher pour que celle-ci reprenne de plus belle.

D’ici là, vous pouvez toujours visiter nos pages, qui restent accessibles. Et puis vous pouvez également aller jeter un oeil sur nos chaines Youtube et Dailymotion, afin de voir ou re-voir nos productions précédentes.

Enfin, nous tenons à le préciser une nouvelle fois, Slapzine est et restera un média libre, indépendant de toutes autres structures hormis À Quelle Heure ?! et surtout il restera GRATUIT.

Merci à tous, à très vite.

Tom Deguitre,

Rédacteur en chef et président de l’association Slapzine.

 

A lire aussi

On y était : Thomas Dybdahl au Théâtre Les Etoiles

Mercredi 25 Novembre, Slapzine était au théâtre Les Etoiles, à Paris, pour se prendre une vague de douceur en pleine figure avec Thomas Dybdahl. Même pas mal.

Lire l'article

[TRIBUNE] La nuit nous appartient, l’avenir est à nous

Slapzine laisse la parole à nos amis de Controverse, plateforme éditoriale décryptant les enjeux de notre époque à travers des penseurs critiques d’hier et d’aujourd’hui. Nous sommes allés jeter un oeil avisé à la première Nuit Debout bordelaise Place de la République.

Lire l'article

[EDITO] 2016, les voeux sont faits… Maintenant, on se lève !

On vient de mater l’année du zapping, et pour ceux qui avaient encore un petit doute, ça a été une belle année de merde. Meilleurs voeux. Le notre est simple : pourvu que la jeunesse se réveille, s’embrasse et s’embrase. Rallume la flamme de l’unité et de l’espoir.

Lire l'article

Le M.U.R de Bordeaux #20 – NASTI

Vous avez surement croisé l’une de ses oeuvres dans le centre-ville de Bordeaux, à la Victoire ou place Caju entre autres. Nasti, 20 berges au compteur, a commencé le pochoir il y a quatre ans en parallèle de son boulot de cuistot. Spécialisé dans les portraits d’inconnus qu’il retravaille entièrement à la main pour y […]

Lire l'article

Du même auteur

Un selfie de 3 ans à 360°

Alex Chacon a parcouru près de 200 000 kilomètres en moto à travers une douzaine de pays, et pour chacune de ces expériences, il a réalisé un selfie à 360°, munie d’une perche et d’une caméra.

Lire l'article

La finale du Red Bull Crashed Ice en vidéo

Prenez des guedins en patin, un parcours de bobsleigh en plus vénère et vous obtenez le Red Bull Crashed Ice. A découvrir ici.

Lire l'article