Mandela, amalgame d’engagement et de sagesse

Suite à son décès, il y a tout juste deux mois, le monde ne tarit pas d’éloges à son égard. « Icône mondiale de la réconciliation » pour Desmond Tutu, « l’une des figures majeures de notre temps, et même de tous les temps » pour Ban Ki-Moon, Nelson Mandela a également un jour à son nom, le « Mandela Day ». Comment et pourquoi un homme ayant passé près du tiers de sa vie en prison est-il devenu une telle icône internationale ? Entre engagement et sagesse du pardon, Madiba a su réunir.

Mandela, né en 1918, est issu d’une ethnie noire d’Afrique du Sud, les Xhosas. En 1941, alors étudiant à Fort Hare, unique centre d’enseignement supérieur pour noirs du pays, il est exclu pour avoir apporté son soutien à une manifestation. Dans la foulée, il quitte sa région natale, fuyant un mariage arrangé, et débarque à Johannesburg. C’est en 1943 que débute son engagement au sein du Congrès National Africain (A.N.C.). Dans un premier temps, pacifique, il est désigné chef d’une campagne non-violente anti-ségrégation en 1952. Le mouvement étant interdit par le pouvoir, Nelson Mandela passe dans la clandestinité et forme en 1961, malgré plusieurs arrestations, l’aile armée de l’A.N.C. dont il est le commandant. Son combat armé à la tête de « la lance de la nation » sera de courte durée puisqu’il est capturé en 1962 et envoyé au bagne de Robben Island, au large du Cap, à perpétuité. Cette première partie de sa vie fit ainsi la démonstration de son attachement total et entier à une cause qui lui était chère, forçant le respect.

Mandela Af.sud Slapzine 


La lutte du pardon

27 ans, c’est le temps que Madiba a passé en prison, le temps qu’il a utilisé pour apprendre la culture des Afrikaners, cette minorité blanche au pouvoir, le temps pour lui de se forger un rêve d’une nation unie. Pendant ce temps là, la lutte de l’ANC continue, soutenue par de plus en plus de nations étrangères. Nombreux sont les pays mettant en place des contraintes économiques envers l’Afrique du Sud. Le pouvoir, en proie au doute, cherche une solution. Pieter W. Botha en 1989 puis son successeur aux rênes du pays, Frédéric de Klerk, reçoivent Nelson Mandela afin de négocier un retour au calme avec l’A.N.C. Le 11 février 1990, De Klerk libère Mandela sans condition et légalise l’A.N.C. Les deux hommes recevront conjointement le prix Nobel de la Paix en 1993. En 1994, Mandela obtient l’organisation d’élections libres qu’il gagne. Il marquera son mandat d’un désir de pardon et de réconciliation, recevant les présidents de l’apartheid, dînant avec le juge l’ayant condamné, accordant autant de respect à chacun des citoyens de son pays.

 

Quelles perspectives d’avenir pour le pays ? 

Depuis 1999, Mandela s’est éloigné de la politique mais a laissé au pouvoir le parti auquel il est lié depuis 1943. Cependant, sur fond de soupçons de corruption l’actuel président est soumis aux critiques et l’image de l’A.N.C. en pâtit. En effet, le parti n’avait plus que 66% d’opinion favorable en 2009, contre 70% en 2004, et les bruits de couloir évoquent un objectif de 60% en 2019, sous peine de voir le pouvoir vaciller. Dans un même temps, bien que l’apartheid ait officiellement pris fin le 30 juin 1991 lors du mandat de Frédéric de Kerlk, son ombre plane toujours dans le ciel sud-africain.

En effet, seule 19% de la population la plus aisée du pays est noire, tandis qu’encore 4 enfants noirs sur 10 ne finissent pas l’école. Ainsi, sans Mandela, cette « présence réconfortante » selon le Times sud-africain, des rumeurs évoquent de possibles révoltes dans les townships les plus pauvres. Le combat contre la misère reste cependant la principale défaite de l’icône sud-africaine, qui a lui-même rappelé au cours d’un congrès de l’A.N.C. en 2009 que la priorité reste la lutte contre la pauvreté. De fait, malgré la mise en place du Black Economic Empowerment, projet visant à favoriser l’accès au travail pour les populations noires et à viabiliser les townships, celle-ci reste encore sur-représentée dans les tranches les plus pauvres.

Mandela répartition Slapzine

 

Un exemple international

Cet homme, amalgame de l’engagement et de la sagesse, a su réunir toute une nation, et par cet exploit, toute une planète. Bien que retiré de la vie politique en 1999, il reste un modèle pour beaucoup, « une source d’inspiration » selon Barack Obama. On fera encore appel a ses talents de réconciliateur lors des négociations du processus de paix au Burundi en 1999 et 2000. L’hommage qui lui a été rendu en décembre est une preuve de plus de la notoriété mondiale du personnage. Celui pour qui « le pardon libère l’âme » est également celui qui a le mieux résumé son combat : « j’ai lutté contre la domination des blancs, j’ai lutté contre la domination des noirs » a-t-il déclaré.

Mandela soleil Slapzine

 

A lire aussi

Houellebecq et l’Apocalypse

Il y a quatre mois, Charlie Hebdo affichait Michel Houellebecq en Une. Le même jour, la rédaction du journal a connu le drame. Un drame qui a donné une toute autre résonance au roman Soumission. Quatre mois plus tard, donc, petite mise en perspective de l’oeuvre de Houellebecq et pied de nez à ceux qui y voient un roman prémonitoire.

Lire l'article

ABCDR de la semaine du 23 au 29 novembre

On fait le point sur l’actualité de la semaine passée, entre COP21, vote des femmes en Arabie saoudite et guerres inter-partis en Aquitaine.

Lire l'article

Game of Thrones : un documentaire sur la saison 5

A Day in the Life suit les équipes de production à Belfast, Dubrovnik et Séville pendant une journée de tournage. Et tout ça, sans se faire spoiler.

Lire l'article

Cuvée Sonore #42 – Geek

42. Une cuvée sonore qui rend hommage aux amoureux des mondes imaginaires et virtuels : les Geeks. Garanti sans MORPEUG.

Lire l'article

Temps de lecture similaire

Cuvée Sonore #63 – Hommage à Gainsbourg

Lire l'article

7JDLM: 08/03 – 14/03

L’essentiel de ce qu’il fallait retenir de l’actualité de la semaine en France et dans le monde, avec les scandales qui bousculent la classe politique française et les trois ans du conflit syrien.

Lire l'article

Du même auteur

[EDITO] 2016, les voeux sont faits… Maintenant, on se lève !

On vient de mater l’année du zapping, et pour ceux qui avaient encore un petit doute, ça a été une belle année de merde. Meilleurs voeux. Le notre est simple : pourvu que la jeunesse se réveille, s’embrasse et s’embrase. Rallume la flamme de l’unité et de l’espoir.

Lire l'article

ABCDR de la semaine du 23 au 29 novembre

On fait le point sur l’actualité de la semaine passée, entre COP21, vote des femmes en Arabie saoudite et guerres inter-partis en Aquitaine.

Lire l'article