Le point JPP : « Madame, monsieur, bonjour »

JPP est celui qui nous offre nos plus beaux JT. JPP est aussi celui sur qui on aime gueuler. Cette semaine il a regardé tomber la neige. Comme tous les ans.
21e7f3337b38049de1375d5268d70228_29
Screenshot de TF1.

« Madame, monsieur, bonjour ». C’est par ces mots que chaque jour débute le journal de 13h de TF1, une formule concise et des plus banales, servie avec brio et professionnalisme par notre bon vieux Jean Pierre Pernaut (JPP de son petit nom). JPP est une de ces stars dont on ne saurait s’arrêter de vanter les mérites : chaque jour il passionne la France entière avec des reportages de terrain sur nos belles communes rurales, des enquêtes sans concession à Saint Bougnard-les-Olivettes où Jean-Roger Carmagnoles est le dernier artisan de charentaises authentiques depuis 5 générations. Ou encore des interviews musclées -certaines font encore référence dans les écoles de journalisme- notamment celle avec le représentant de la fédération française des cruciverbistes, en crise depuis l’apparition des Sudoku (qui font des ravages chez les jeunes de moins de 55 ans.)

Des méthodes qui sans aucun doute font le bonheur des millions de téléspectateurs quotidiens de cette grande messe cathodique (entre 6 et 7 millions d’audience moyenne selon les chiffres de médiamétrie en 2013).

Pour qui voudra voir ce qu’il en est de la conjoncture économique mondiale ou encore savoir où en est la communauté internationale sur la délicate question de Syrie, il faudra changer de chaîne (et encore).

Pourtant j’ai repris espoir. Le 13 janvier 2015 alors que l’on y croyait plus, JPP est apparu sur nos écrans l’œil vif et le ton grave : la France venait de vivre l’une de ses semaines les plus tragiques de ces cinquante dernières années, et le mot nation avait repris un sens, c’était beau.

Scotché je vous dis : des reportages travaillés et surtout des analyses de fond sur les thématiques sensibles du moment. Des sujets divers sur « Comment définir la liberté d’expression » ou encore nous expliquant pourquoi l’école est un vecteur incontournable de la citoyenneté.

De quoi être conquis, même si quelques râleurs ont fait savoir à TF1 que la déprogrammation de la rubrique « la maison fleurie de la semaine » était regrettable, ou que la nouvelle ligne éditoriale était un peu trop à gauche à leur goût.

Devenu accroc à ce JT dont j’avais désormais quotidiennement besoin comme un héroïnomane attendant sa dose, ce lundi 19 janvier quelle ne fut pas ma surprise : la France allait se réveiller sous la neige.

Oubliés les « Je suis Charlie », terminés les débats sur la nécessité ou non de changer de politique de sécurité, envolés les interviews avec l’Imam de Drancy ou  Patrick Pelloux si rare sur les plateaux télé ces derniers temps.

Nous avons donc eu droit à dix minutes de spéculation intense sur l’épaisseur de neige attendue à Charleville-Mézières et sur le nombre de chasses neige mis à disposition par le Conseil général du Puy de Dôme, pour cet événement climatique majeur n’intervenant que quelques dizaines de jours par an.

Spontanément le réflexe est de changer de chaîne, et là c’est l’enfer : France 2, France 3, M6, Itélé et BFMtv tous sur le pont pour couvrir l’événement de la semaine : la neige.

La dictature du hard news est donc une réalité, ce qui se passe à l’instant T aura toujours plus d’importance que tout autre événement plus ancien même si ce dernier peut avoir un impact bien plus grand sur notre société. La neige a donc gagné, le débat est clos : nous sommes tous Charlie, il n’y a pas de massacres à répétition au Nigéria perpétrés par Boko haram, et la Croatie n’a pas élu la première femme présidente de son histoire.

Il n’y a donc de la place que pour Hollande et ses sondages flatteurs, Sarkozy et ses incrustes à répétition, les flocons, et le prochain événement qui fera sensation.

Avec JPP c’était donc un amour de vacances, trop beau pour être vrai. Alors, promis mon JPP dès que dans les médias ça repart en couille on te fera un petit signe : avec quelque lignes, dans ce qui pourrait être pourquoi pas une belle rubrique à ton nom.

 

A lire aussi

[EDITO] Nous y sommes : 1 % de l’humanité est aussi riche que tout le reste

Selon le rapport du Crédit Suisse sur les richesses mondiales tombé hier, 1% des plus riches concentrent à eux seuls la moitié des richesses du globe. Quand la réalité prend le pas sur les prévisions, qui annonçaient que ce cap serait franchi en 2016. Et quand on se dit que le monde est foutu.

Lire l'article

A quelle drogue sommes-nous le plus accros ?

La Global Drug Survey est la plus grande enquête internationale sur l’usage des drogues. Dirigée par le Dr Adam Winstock, elle donne la parole à ceux qui connaissent le mieux les drogues : les consommateurs.

Lire l'article

Bande-annonce à la moulinette : Dope

Chaque mercredi, la B-A à la moulinette vous conseille (ou pas) d’aller voir un film en décryptant simplement sa bande-annonce. Cette semaine on part chez les geeks de Los Angeles.

Lire l'article

ABCDR de l’actu : semaine du 01 au 07 décembre 2014

On est lundi et t’es pas foutu de me dire ce qui s’est passé dans le monde la semaine dernière. Heureusement qu’on est là pour te parler instabilité politique et porno. Entre autres.

Lire l'article

Temps de lecture similaire

Week’s Words #37 : semaine du 7 au 13 mars 2015

Cette semaine dans mon panier, j’ai : un classement mondial des universités, de la drogue irlandaise, le salaire des réalisateurs français, un avion solaire et un bout de mosaïque.

Lire l'article

Adopter la sodomie en 4 minutes 30

Toi aussi, utilise le nouveau spray décontractant anal !

Lire l'article

Du même auteur

Point JPP : Claire et les garçons

Non Jean Pierre, on ne parlera pas de toi aujourd’hui. Pour le retour de notre petite rubrique on préfère aborder le cas épineux de ta cop’s de machine à café, la sémillante Claire Chazal. Je suis sûr que tu ne nous en voudra pas, parce que là l’heure est grave mon gars.

Lire l'article

Nos régions ont du talent

A l’heure où le régionalisme français fait face à ses contradictions, où le Président de Région Corse considère la France comme « un pays amis », il est grand temps de montrer que OUI nos régions ont du talent. On commence notre tour de France avec les potos Chtimi qui posent un lourd flow. Y’a pas à dire […]

Lire l'article