L’ABCDR de l’actu : 26/10 – 02/11

Trop occupé cette semaine à préparer ton costume d’halloween? Pas vraiment eu le temps de te mettre à jour sur ce qu’il s’est passé dans le monde? Slapzine te pardonne et t’a préparé un petit rattrapage ABCDR de l’actu de ces sept derniers jours. Cette semaine il est question de protestations, d’angoisse, d’amitié et de magouilles politiques. C’est digne d’un scénario hollywoodien.

 

B COMME BURKINA FASO

Burkina Faso : l’insurrection emporte le président Compaoré

C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Après avoir remporté les élections présidentielles de 1991, 1998, 2005 et 2010, le président burkinabé Blaise Compaoré devait présenter jeudi à ses députés un projet de modification de la Constitution pouvant lui permettre de briguer un cinquième mandat. Dès mardi, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues de la capitale, Ouagadougou, afin de protester contre un « coup d’Etat constitutionnel ». Dans ce pays qui fait partie des plus pauvres de la planète, on reproche à Compaoré l’immobilisme de sa politique alors que les voisins malien et nigérien prennent le chemin de la démocratie et de la coopération internationale. Il est aussi soupçonné d’être impliqué dans plusieurs assassinats pour asseoir son pouvoir, notamment celui de son frère de putsch Thomas Sankara en 1987, et du journaliste Norbert Zongo en 1998.

La protestation a finalement eu raison du régime Compaoré : l’Assemblée a été dissoute, et le président a donné sa démission vendredi, après 27 ans de règne. Cependant la transition démocratique s’annonce difficile : l’armée a pris officiellement le pouvoir, et les deux chefs d’Etat qu’elle a présenté successivement ce week-end sont déjà très contestés. Ce dimanche, l’opposition organisait une manifestation contre l’appropriation du pouvoir par les militaires : elle s’est soldée par un relatif échec, avec seulement un millier de personnes présentes.

D COMME DRONES

Aeryon_Scout_In_Flight

La France a peur. Ce weekend, ils ont raflé la place des clowns sur le podium de la psychose nationale. Oui tu as bien lu le titre, on parle de drones. Pourquoi autant d’agitation ? Depuis le début du mois, les sites nucléaires français reçoivent régulièrement la visite de ces petits objets volants, non autorisés dans ces enceintes ultra protégées. Rappelons au passage que le survol des centrales, à moins de 5 kilomètres et en dessous de 1000 mètres d’altitude, est passible d’un an de prison et de 75 000€ d’amende.

Ce qui est inquiétant, c’est que certains drones ont survolé simultanément plusieurs centrales, pourtant éloignées les unes des autres. De plus, ils opèrent au lever du jour ou à la tombée de la nuit. Greenpeace, pourtant habituée à titiller les pouvoirs publics sur les questions nucléaires (on se souvient de leur action récente à Fessenheim), a aussitôt nié avoir organisé ces vols. L’ONG en a d’ailleurs profité pour dénoncer le manque flagrant de sécurité des sites nucléaires : le crash d’un drone pourrait avoir des conséquences déplorables, et l’appareil pourrait aussi servir d’éclaireur en vue d’une éventuelle attaque terroriste. La thèse du canular est elle aussi prise en compte. Jeudi matin, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a déclaré sur France Info vouloir tout faire pour « neutraliser » ses drones.

 

 F COMME FRIENDSHIP

Suède-Palestine2

Il n’y a finalement pas qu’en design et en romans noirs que la Suède est pionnière. Depuis le 29 octobre, elle est aussi devenue le premier pays européen à reconnaître officiellement la Palestine comme Etat. La ministre suédoise des Affaires étrangères a déclaré vouloir montrer la voie aux autres pays du vieux continent, notamment la France et le Royaume-Uni qui débattent toujours de la question.

Cette décision des Scandinaves a évidemment fait beaucoup réagir au Moyen-Orient. Le président palestinien Mahmoud Abbas a salué « une étape historique » dans l’histoire du pays. Bien sûr, Israël n’a pas aimé. On a même eu le droit à une petite vanne du chef de la diplomatie (très très) conservateur Avigdor Liebermann : « Le gouvernement suédois doit comprendre que les relations au Moyen-Orient sont bien plus compliquées à saisir que le montage d’un meuble Ikea ». Car avec ces prises de positions occidentales, c’est la politique israélienne de colonies est en jeu. Reste à voir si l’initiative de la Suède en entraînera d’autres. 

 

R COMME ROUMANIE

Klaus Ioannis, le candidat germanophone de la présidentielle

En France, on a pris l’habitude de voir les affaires politico-financières être dévoilées au grand jour dans la presse. Il y a eu les affaires Cahuzac, Bygmalion, Thévenoud… Sans oublier toutes celles dans lesquelles est impliqué Nicolas Sarkozy. En Roumanie, on s’est appliqué à tout déballer en pleine élection présidentielle. Si bien que personne ne s’intéresse aux programmes des candidats.

Ce dimanche 2 novembre, pas moins de quatorze candidats se présentaient à la succession de Traian Basescu, président centre-droit depuis 2004. Et ça tombe bien, les récentes réformes concernant l’indépendance de la justice commencent à porter leurs fruits. L’enquête de ces « super-magistrats » a mis à jour un système colossal de corruption impliquant directement le gouvernement actuel, dirigé par le premier ministre social-démocrate Victor Ponta qui se présente à l’élection. Plusieurs membres du gouvernement auraient reçu des pots-de-vin de sociétés étrangères en échange d’une surfacturation de leurs marchandises importées. Le montant des pertes pour l’Etat roumain se chiffrerait à environ un milliard d’euros. La crainte pour certains observateurs est de voir la justice reprise en main par le pouvoir à l’issue des élections, en cas de victoire du premier ministre.

D’après les premiers résultats, Victor Ponta est en tête au premier tour, et affrontera le 16 novembre un adversaire de taille : Klaus Ioannis, figure de proue de la minorité germanophone du pays et maire de la jolie ville de Sibiu en Transylvanie. Ce Juppé roumain est auréolé par la gestion et la rénovation de sa ville, qui est devenue un centre touristique important. Forbes l’a même classé dans son classement des lieux en Europe les plus idyliques, la classe.

Si tu veux aller plus loin, tu peux aussi lire ce portrait rigolo du maire de la 2e ville du pays (qui en plus d’être corrompu aime s’habiller en Ramsès II ou en officier nazi).

S COMME SIVENS

Un rassemblement zadiste sur les quais à Bordeaux.

Il y a dix jours, très peu de personnes connaissaient la forêt de Sivens dans le Tarn. À présent, c’est toute la France qui s’enflamme pour le sort de cette zone humide de 50 hectares qui, déboisée, va disparaître sous une retenue d’eau. Ce projet, contesté depuis 2007, s’est glissé sur le devant de la scène médiatique nationale après le décès d’un opposant au projet, tué samedi 25 octobre par une grenade de dissuasion lancée par un gendarme.

Ce week-end l’heure était à la protestation et au recueillement. Samedi, des manifestations contre les violences policières ont envahi les rues de Toulouse, Lille et Nantes. Des défilés violents : on dénombre une dizaine de blessés parmi les protestataires et quelques gendarmes brûlés par des jets d’acide. Les politiques de tout bord ont condamné ces exactions, commises par des groupes avant tout présents pour en découdre avec la police. Comme lors des manifestations dans les villes de l’Ouest pour Notre-Dame-Des-Landes, ces groupes s’en sont pris aux banques des centres-villes. Ces violences ont été motivées par l’absence d’hommage de l’exécutif à la victime de Sivens, et par le déni de bavure policière du ministre de l’Intérieur. Dimanche, une marche silencieuse a été organisée à Sivens à la mémoire au jeune manifestant de 21 ans. Plusieurs milliers de personnes étaient présentes. A Paris, ce sont 500 personnes qui se sont réunies pour un sit-in sur le Champ-de-Mars. Suite à cet « énorme gâchis « , la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal reconnaît une « erreur d’appréciation » et ajoute qu’ « aujourd’hui, une décision de construction d’un ouvrage tel que celui-ci ne serait plus possible ».

 

Dessins de Valentin Pasquier à retrouver sur Au clair de la Une

A lire aussi

Claque Webosphérique #10

Sélection des meilleurs dénichés sur la toile, en France et ailleurs. Aujourd’hui, Russie, Etats-Unis, Islande ou encore Iraq au programme.

Et bam !
Claque Webosphérique.

Lire l'article

Marseille est Charlie

Marseille honore la mémoire de ceux tombés hier lors de l’attentat contre Charlie Hebdo. Entre émotion et revendication du droit de s’exprimer, d’emmerder.

Lire l'article

Rien à foutre du climat ? Cette interview est faite pour toi

« La COP 21 aura bien lieu », a martelé Hollande. Du 30 novembre au 11 décembre les dirigeants de ce monde seront à Paris pour tenter d’arrêter de foutre la planète en l’air. Les dirigés, eux, veulent aussi se faire entendre, à l’image de Place to B qui organise de nombreux événements à Bordeaux, Paris, Nantes et Toulouse. Rencontre avec Sarah du Vinage, coordinatrice du projet à Bordeaux.

Lire l'article

[EDITO] Nadine Morano : qu’elle est forte !

Malgré ses boulettes intersidérales, rien ne l’atteint. Un mélange politique d’Optimus Prime et d’un âne bercé trop près du mur. Respect.

Lire l'article

Du même auteur

ABCDR de l’actualité : semaine du 2 au 8 février

Foot, musique, élection, dette et incendie : telle est la liste non-exhaustive des événements qui ont marqué la semaine passée, résumés dans l’ABCDR !

Lire l'article

ABCDR : Semaine du 2 au 8 novembre

La semaine passée fut chargée en émeutes… mais aussi en nouvelles têtes. Voici l’ABCDR hebdomadaire, le rattrapage de l’actu régionale et internationale pour ceux qui ont choisi de passer le weekend sur la plage.

Lire l'article