Immanquable : l’expérience Fort McMoney

Fort McMoney c'est un jeu. Non, un docu. Non, un webdoc. Enfin, on sait pas trop. Seule certitude, ce jeu-documentaire révolutionne une genre et sensibilise sur l'exploitation du pétrole, un must.

Ecrire un article sur Fort McMoney m’avait déjà traversé l’esprit lors du lancement de ce webdoc interactif au format révolutionnaire le 25 novembre 2013. Cependant, me retrouvant rapidement bloqué et ne trouvant pas l’ombre d’une issue, j’avais vite baissé les bras. En tombant par hasard sur cet article, j’ai appris que je n’étais peut-être pas stupide mais que ce genre de mésaventures pouvaient être dues à un bug du jeu. J’ai aussi eu le plaisir de découvrir un commentaire de l’initiateur de Fort McMoney, David Dufresne, assurant que la majorité des bugs étaient résolus pour la deuxième partie du jeu.

Ni une ni deux, je suis retourné sur mon compte en friche.

Carte d’identité
Nom et Origine : Fort McMoney, transposition virtuelle d’une ville réelle, Fort McMurray en Alberta

Genre : Qualifié ici de « newsgame », là de « seriousgame », c’est l’intriguante synthèse d’un jeux-vidéo et d’un documentaire.

Auteur : David Dufresne. Il s’était déjà fait remarquer en 2010 avec le webdocumentaire « Prison Valley ». Il se définit comme un « journaliste à l’ancienne & (web)documentariste ».

Producteurs : L’Organisation nationale du film du Canada (ONF) en association avec Arte et Toxa (créateur de contenu multiplateforme).

Langues : Le jeu est accessible en français, anglais, et allemand.

 

Une fois mon vieux compte réactivé, je redécouvre le décors. Ça n’a pas tant changé, mais de nouveaux éléments apparaissent. J’ai enfin trouvé quelques indices, revu la mairesse, les clodos, et découvert l’hôpital. Les engrenages sont bien huilés, le jeu fonctionne. Je tombe sur Richard, un cinquantenaire québécois à la mine patibulaire. Il ne compte pas s’établir ici mais son expérience l’a fait réfléchir. « Est-ce que l’être humain n’est rien qu’en fait un enfant qui fout le bordel ? » dit-il l’air un peu désabusé.
Ce récit à la première personne façon reportage pourrait durer longtemps et n’est pas si illégitime car chacun est l’enquêteur de ce jeu. C’est vous qui tenez le volant quand vous êtes en voiture, c’est vous qui posez les questions aux personnages que vous rencontrez. Des personnages qui sont, notez-le, bien réels. Mais cette enquête à la découverte d’une ville et de ses pratiques, notamment autour du pétrole,  n’est que le moyen vers ce qui fait l’essence de ce jeu.

1608867_10203074148035008_369502653_n

Le but ? « Faire triompher votre vision du monde », en toute simplicité.

En effet, vous n’êtes pas seulement spectateur et 1743179_10203074147915005_815501801_nintervieweur, mais votre rôle sera aussi de vous engager pour faire évoluer les politiques de la ville au travers de référendum. Vous participez ainsi avec la communauté de joueurs au développement de Fort McMoney. « C’est une expérience de démocratie participative. Et une manière de faire progresser le récit » déclare l’auteur. Vous impliquer dans l’aventure vous permet de gagner des points d’influence qui vont donner de plus en plus de valeur à chacune de vos interventions, que ce soit par vote ou en argumentant sur le forum de discussion. Cependant, pas d’inquiétude pour les nouveaux, le jeux se déroule en 3 parties de 4 semaines. La première partie est finie, mais la deuxième session a débuté le 27 janvier et a vu chaque participant remettre son compteur à zéro.

David Dufresne, bien qu’auteur engagé, mise sur cette interactivité pour laisser l’opportunité à chacun de se forger une opinion. Les principales problématiques expliquées au travers des témoignages, trouvent leurs racines autour de la production de pétrole. La ville, située sur une importante réserve de sables bitumineux fait la part belle aux compagnies pétrolières. Une ruée vers l’or noir a eu lieux, ce qui a conduit à une explosion des prix de l’immobilier, et dans le même temps une augmentation de la population fantôme, ceux que le recensement oublie. Alors, une transition écolo ou une alternative à proposer ? Venez tenter votre chance.

 

Fort Mc Murray en chiffres

– 3ème réserve de pétrole au monde

– 1 milliard de dollars de budget annuel

– 1 million de dollars pour s’acheter une maison, 4000 dollars/mois pour un bungalow

– 76 000 habitants d’après le recensement officiel de 2013, 250 000 estimés à l’horizon 2030

– 1,5 million de barils de pétroles extraits pas jour, 5 millions/jour prévus pour 2030

– 35% des émissions de CO2 du pays proviennent de l’Alberta, dont 7% directement liés à l’exploitation des sables bitumineux[/learn_more]

 

Un projet titanesque récompensé par le public

En chiffres, Fort McMoney c’est 620 000€ de budget, un enquête de 2 ans, 60 jours de tournage comprenant une cinquantaine d’entrevues, 1940h de développement; et un soin particulier apporté à la photo sous la houlette de Philippe Brault, qui a choisi de tourner l’ensemble de ses images par -30 °C…

« J’ai dû réécrire le scénario du jeu à peu près soixante-dix fois. Les équipes s’arrachaient les cheveux, parce que parallèlement, on tournait. Tout se faisait en temps réel. Parfois, j’ajoutais un protagoniste la veille d’un tournage ; du coup, il fallait s’assurer que la personne serait bien là le lendemain quand on viendrait la filmer. Sur les panoramas à 270° qui ouvrent les phases de jeu, on n’a rajouté personne par ordinateur : tous étaient là quand on filmait. En tout, on a tourné soixante jours, à un rythme infernal » déclare David Dufresne à Télérama.

Les résultats vont cependant bien au-delà des attentes, avec 300.000 joueurs sur la première partie, 5.300 arguments postés par 1.869 joueurs différents. Faisant le choix de l’écologie, ceux-ci ont fait chuter la production de barils de pétrole et par conséquent l’émission de gaz à effet de serre. Cependant, le chômage a dans un même temps augmenté de 28%.

Pour conclure cet article, une citation piochée sur Télérama qui illustre à la fois l’intérêt et la complexité de ce jeu :

« A Fort McMurray, on touche au capitalisme le plus fou, à des intérêts financiers gigantesques. Alors, évidemment, les compagnies pétrolières ne nous ont pas facilité l’accès, explique David Dufresne. Il a parfois fallu attendre un an et demi pour pouvoir interroger certains interlocuteurs. Ces difficultés, le joueur va lui-même les éprouver très vite dans Fort McMoney. Par exemple, il ne faudra pas vous étonner si, après que vous avez discuté avec le pdg de Total, les militants pro-environnement refusent de vous parler pendant un moment ! »

Et pour ceux qui ne seraient pas encore convaincus, la bande-annonce :

David Dufresne : Il a commencé dans la presse rock avant de fonder un quotidien parisien Le Jour au début des années 90. Passé ensuite par Libération, puis rédacteur en chef de la chaîne iTélé, il a fait les débuts de Médiapart. Il s’intéresse de près depuis de nombreuses années au domaine de l’internet et du multimédia. Pionnier du genre du webdocumentaire, il est auteur et réalisateur (avec Philippe Brault) du webdoc Prison Valley (produit par Arte/Upian, 2010), qui a reçu de nombreux prix. En 2012, Il a été candidat aux législatives à Paris sous l’étiquette du Parti pirate.

 

Sources : Télérama, The Rabbit Hole, Fortmcmoney.com

A lire aussi

Cuvée sonore #7 – Old School Rap

C’est devenu un mythe cette fête dans le Bronx, un soir d’été 1973. Cette nuit là, à trois kilomètres au Nord du Yankee Stadium, les gens ont trouvé les baffles les plus balèzes qu’ils aient jamais vus de leur vie. La fête pouvait commencer.

Lire l'article

[ITW] SPAIK & CIX x Le M.U.R de Bordeaux

Pour la 12ème performance, le M.U.R de Bordeaux célèbre le « Jour des Morts » en accueillant pour la 1ère fois en France et en exclusivité le duo artistique SPAIK & CIX, deux phénomènes de la scène Graffiti mexicaine.

Lire l'article

Le point JPP : « Madame, monsieur, bonjour »

JPP est celui qui nous offre nos plus beaux JT. JPP est aussi celui sur qui on aime gueuler. Cette semaine il a regardé tomber la neige. Comme tous les ans.

Lire l'article

Week’s Words #32 : semaine du 8 au 14 décembre

Une photo, un mur, une médaille, des corn flakes et la survie d’un site pirate, tels sont les mots qui ont retenu l’attention de Week’s Words cette semaine.

Lire l'article

Temps de lecture similaire

Abécédaire de la semaine du 16 au 22 novembre 2015

Une semaine vraiment pas comme les autres. Après ces funestes attentats qui ont focalisé l’attention médiatique et ravivé des passions pas même éteintes, ce n’est pas évident d’être lucide. Mais le monde continue de tourner, et son actualité aussi. Revue non exhaustive des faits marquants de la semaine.

Lire l'article

Cuvée Sonore #17 – Cartoon

Les dessins animés d’antan et les productions originales d’aujourd’hui visitées dans une cuvée sonore juvénile.

Lire l'article

Du même auteur

Claque Webosphérique #12

Le meilleur des reportages et autres webdocs dénichés sur la toile : c’est la Claque qui reprend du service ! On passe par les États-Unis, Haïti, la Syrie et Bordeaux.
Et bam.
Claque Webosphérique !

Lire l'article

Oui, le karaoké peut être cool

Que du bon son

Lire l'article