Expo « Fans de briques LEGO » au Hangar 14

Depuis 1949, la marque à la brique emboitable en a fait du chemin. Plus de 327 milliards de briques sont d’ores et déjà sorties de leur obscure usine danoise pour être manipulées, cassées, reconstruites, emboitées, déboitées, perdues, retrouvées, etc. Chaque pièce aura un destin unique, mais trouvera pour sûr sa place  : fière partie d’une Étoile de la Mort terrifiante, simple brique d’une construction basique ou instrument de torture pour quiconque marchera dessus en pleine nuit. Quelques-unes ont eu par coup du sort, la chance d’être exposées ce week-end à Bordeaux pour la 3e exposition « Fans de briques Lego ».

Après avoir bravé les quelques désagréments de toute exposition (file d’attente glaciale, enfants qui crient, « Comment ça vous prenez pas la carte bleue !? »), on pénètre dans le Hangar 14, on pose notre amour propre sur le côté et on se lance dans cette immense espace où chaque centimètre carré est consacré à cet univers fait de briques et d’imagination.

[huge_it_gallery id= »8″]

La brique Lego dans tous ses états

 

Les différents stands de l’exposition sont gérés par ceux que l’on appelle les AFOLs (Adults Fan of Lego), diverses communautés de fans ayant chacune son domaine de prédilection, et qui ont amené avec eux leur imagination. On a beau connaitre les innombrables capacités de création qu’apporte l’univers Lego, on est souvent bluffé devant la justesse et la richesse des décors que nous proposent les exposants. Ce sont de véritables paysages, des villes animées dans le moindre détail qui s’offrent à nous. Chaque coin de table a sa thématique, de la conquête spatiale d’un côté on passe sans souci au Far West, à un quai de gare, et bien sûr aux nombreuses licences dont bénéficie la franchise LEGO. Et si celles-ci ne sont pas encore officielles, cela n’a pas empêché certains de prendre les devants en représentant des combats de Pacific Rim, des personnages de jeux vidéos ou autres.

Toutefois, bien que nombreuses, il y a quand même une licence qui tire son épingle du jeu dans l’univers Lego. C’est bien celle de Star Wars. Quelle que soit la table, il y a forcément un représentant de la saga. Vaisseaux, sabres lasers, personnages grandeur nature… La moindre bribe de la saga a forcément son Lego quelque part sur une des tables plus ou moins lointaines.

Ainsi les multiples scènes de la saga, très riches visuellement sont recréées dans le moindre détail par les aficionados. Mais les connaisseurs auront remarqué certains anachronismes, incohérences ou invités-surprises dans la reproduction de ces scènes. Alors qu’on se délecte de la très réussie Forêt Ewok d’Endor du 6éme épisode, on pouvait entendre au détour d’une conversation  :
« – Papa, papa ! Regarde y’a la maison de Yoda !
– Mais..mais…Qu’est ce que fout Yoda sur Endor ! C’est n’importe quoi !
– Eh regarde il y a aussi Dobby d’Harry Potter !
– Quoi ?! Mais où ça ?
– Là juste à côté du Monsieur Poulet dans l’arbre » (véridique)

Certaines branches dérivées de la marque Lego plus élitistes ou moins connues avaient aussi leur place comme les Technic, les Bionicles (gamme qui refait son apparition en 2015) ou même Lego Friends, la branche plus « petite fille » toute rose et toute mignonne (pour la joie de Najat Vallaud-Belkacem).

Merchandising, Merchandising everywhere !

IMG_5936
Who you gonna buy ?

Effectivement, l’équation 2400 mètres carrés consacrés à l’univers Lego + enfants assoiffés de briques + parents au porte-monnaie plein+ J-25 avant Noël = un merchandising omniprésent.
Tout d’abord avec les personnages du film « La Grande Aventure Lego » sorti en février dernier, qui étaient présents pour faire gagner des lots aux enfants (vraiment trop génial ce Emmet).

Et bien sûr avec une boutique stratégiquement placée à proximité de la sortie, il était difficile d’y échapper. Des centaines de boites Lego de toutes les tailles (et de tous les prix), des ouvrages sur l’univers et chaque version vidéoludique de licences Lego étaient disponibles. Ainsi à la sortie du Hangar 14, il était rare de ne pas voir un enfant avec sa poche remplie d’un quelconque objet estampillé du carré Rouge.

À noter aussi la présence de quelques collectionneurs proposant certaines figurines Lego inédites et à des prix avoisinant les 35€ pièce. Quand on aime, on ne compte pas.

L’art Lego mis en avant

"Wall of fame" par Lenz
« Wall of fame » par Lenz

Dès le premier pied posé dans l’exposition, le visiteur pose ses yeux sur une fresque réalisée par un artiste de street art du nom de Lenz. Et là est le point fort de cette exposition. Mettre aussi en avant une part de création plus artistique autour du Lego. Ainsi, quelques artistes sont présents (pas assez à notre goût) et présentent leur projet artistique autour du média Lego. On pouvait donc admirer : 

Lenz donc, qui est un artiste de street art toulousain dont les briques font partie intégrante de ses productions et qui a proposé ici un graff en l’honneur de l’exposition ainsi qu’une de ses oeuvres. 
– Le travail de Maxime Marion, réalisateur qui met le Lego à l’honneur avec l’animation ou plus précisément le stop-motion. Directement lors de l’expo ou par la projection de son film « Plastic Love »
– Une fresque du Grand Stade de Bordeaux réalisée par l’association Freelug (enfin c’est une fresque d’une photo, mais bon on accepte)
– Des clichés de l’artiste Samsofy qui s’amuse à détourner des scènes et des icônes de la pop culture avec leur « alter-Lego »

 

À voir la fréquentation qui battra surement le record de 10.000 personnes, dont plus de la moitié seront facilement des enfants, les Lego ont encore un bon avenir devant eux. Et avec l’ouverture prochaine du plus grand Lego Store de France en 2015 dans le nouveau quartier de la Promenade Saint Catherine, les briques n’ont pas fini de faire parler d’elles à Bordeaux non plus.

Samsofy
Samsofy
L’expo dure jusqu’à ce soir (Dimanche 30 novembre) 18h.
4€ entrée, gratuit pour les – de 3ans.
http://fansdebriques.fr/

A lire aussi

Straight Edge : Éthique de loup solitaire

Des tee-shirts à l’effigie des groupes de hardcore, sous-genre musical à contre-courant du punk nihiliste des années 80. Des Nike Air aux pieds. Une croix sur le dos de chaque main et, sur leur peau, des tatouages qui figent leur idéologie: Straight Edge. « Pas d’alcool, pas de drogues, pas de sexe sans sentiments, et véganisme militant », revendiquent leurs idéologues les plus extrêmes.

Lire l'article

Week’s Words : semaine du 19 au 25 octobre

Chaque lundi, Week’s Words vous résume l’actualité invisible de la semaine passée. Pour cette session, on vous parle de clope, des Nations-Unies, de collecte de Lego, d’un record à la con sur Youtube et du traffic de passeports.

Lire l'article

GODDOG x Le M.U.R de Bordeaux

Pour la 17ème performance du M.U.R de Bordeaux, l’association Pôle Magnetic accueillait l’artiste avignonnais GODDOG. Retour en images sur l’élaboration de cette fresque de 35m2 située place J.P Avisseau aux Chartrons.

Lire l'article

Les salles de concert bordelaises dans l’après 13 novembre

Le Krakatoa et la Rock School Barbey, deux salles de concert emblématiques de Bordeaux, s’expriment quelques jours après les attentats. Le Krakatoa avait reçu en juin 2015 le groupe Eagles of Death Metal, qui se produisait au Bataclan au moment des attaques.

Lire l'article

Du même auteur

Et le jeu de l’année sera…

Lire l'article

Un pays, une bière…

Clique sur la carte pour l’agrandir

Lire l'article