[EDITO] Nous y sommes : 1 % de l’humanité est aussi riche que tout le reste

Edito du mercredi 14 octobre 2015

Cent personnes sont dans une salle. Chacune a son portefeuille, plus ou moins rempli. Sauf que parmi ce beau monde, il y a un mec, et un seul, qui a besoin d’une brouette pour le porter. Parce qu’il possède autant d’argent que tout le reste. C’est exactement ce que dit le dernier rapport du Crédit Suisse sur les richesses mondiales sorti hier, et relayé notamment par Médiapart.

Selon les estimations, ce 1% se partage un pactole de 250 000 milliards de dollars. L’écrire file la gerbe. Et les 120 000 premiers d’entre eux possèdent plus de 50 millions de dollars. Les États-Unis restent le pays le plus riche du monde : plus d’un tiers des richesses mondiales rien que pour ces bouffeurs de poulet javelisé. La source principale des ces supra-riches vient du monde de la finance et des assurances.

Mais le pire, et on le sait déjà, c’est que les inégalités se creusent de plus en plus entre cette caste d’intouchables – permettons-nous ce luxe de les apostropher de la sorte – et les plus pauvres. Selon Le Monde, quand en 1980 les 10 % plus riches touchaient des salaires 7 fois supérieurs aux 10 % les plus pauvres, ce rapport est désormais de 9,6 en 2014. Ainsi, quand on écoute Angus Deaton, prix Nobel d’économie depuis lundi 12 octobre pour ses recherches sur la consommation, il y a de quoi avoir des remontées acides : « Je suis préoccupé de voir un monde dans lequel les riches ont le pouvoir d’écrire les règles que le reste d’entre nous doit suivre ».

La pyramide des richesses mondiales par tranche de population adulte.
La pyramide des richesses mondiales par tranche de population adulte. Les premiers 71 % de la population possèdent seulement 3% des thunes du globe.

Qu’en est-il en France 

Oui, les médias disaient vrai il y a un peu moins d’un mois en affirmant qu’en France le taux de pauvreté en 2013 était redescendu à 14 %, contre 14,3 % l’année d’avant.
Sauf que le rapport de l’Insee sur lequel tous se basent a changé deux fois de méthodologie depuis 2010, rendant complexe la compréhension de ce chiffre, comme le rappelle l’Observatoire des inégalités. Et surtout, si il y a eu régression des inégalités il y a deux ans, ce n’est pas, mais alors pas du tout, le cas sur une période plus longue. Toujours selon la même source, « entre 2003 et 2013, le niveau de vie moyen des 10 % les plus pauvres a baissé de 320 euros en valeur annuelle, alors que celui des 10 % les plus riches a augmenté de 4 300 euros ». Alors, tu la sens ma réduction d’inégalités ?

Bon, c’est bien beau de beugler sur Internet, mais existe-t-il des solutions ? Pour l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques), quatre axes sont à développer pour lutter contre les inégalités.
D’abord, faire en sorte que les femmes soient plus présentes sur le marché du travail. Ensuite, promouvoir l’emploi « en recourant davantage aux prestations qui incitent les chômeurs à reprendre une activité et procurent un complément de revenu aux ménages modestes. » Il faut aussi développer l’éducation et la formation pour que chacun puisse prétendre à des activités mieux rémunérées, qui amènent mathématiquement à réduire ce fossé.
Et enfin, les politiques doivent mettre en œuvre des mesures redistributrices, et ce notamment par les services publics, qui tendent à long terme « à favoriser l’ascension sociale », et donc amènent à une possible égalité des chances.

Encore faut-il que l’Etat ne taille pas dans le budget de la sécurité sociale pour réduire son déficit. Ahem.

A lire aussi

Portrait barré-authentique de Camp Claude

Vie Sauvage collection hiver, à l’IBoat. Avant la dégustation de vins, nous retrouvons Diane, chanteuse et guitariste de Camp Claude pour un portrait bûche tout en rigolade.

Lire l'article

Nouveau trip visuel: la slow tv

Nouveau en France, la slow tv n’est pourtant pas à son premier essai. Analyse d’un genre télévisuel complètement barré sorti de Norvège il y a maintenant 5 ans.

Lire l'article

Bande annonce à la moulinette : 21 nuits avec Pattie

Les frères Larrieu retrouvent Karin Viard après « L’amour est un crime parfait ». Réalisateurs notamment de Un homme, un vrai (2002) et Les derniers jours du monde (2008) , ils sont de retour avec une comédie polissonnes, opposant Caroline la coincée (Isabelle Carré) et Pattie la coquine (Karin Viard).

Lire l'article

Vers une automatisation générale de la presse ?

A l’heure où l’instantanéité de l’information la réduit à son plus simple appareil, une start-up américaine propose une automatisation systémique de l’information.

Lire l'article

Temps de lecture similaire

[EDITO] « Dans mes médias, j’ai le final cut. » Sacré Vincent

C’était le feuilleton de l’été. Les intrusions criantes et répétées de Vincent Bolloré dans la programmation de Canal +. L’homme d’affaire, surnommé « le Petit prince du cash-flow » , est bien décidé à transformer la chaîne cryptée en un empire médiatique à son goût.

Lire l'article

BA à la moulinette : The Smell Of Us

Larry Clark revient avec les mêmes obsessions qui ont forgé sa réputation : l’adolescence, son sentiment d’invulnérabilité, son insouciance du désespoir, ses pulsions sexuelles et de drogues.

Lire l'article

Du même auteur

Christophe Négrel, destin de photographe

Ancien champion d’Europe et vice champion du Monde, ce taekwondoiste Marseillais et docker, reconverti photographe, joue de l’obturateur avec passion.

Lire l'article

Antoine, dernier taxidermiste de Marseille

Antoine Maiorano, la soixantaine, a un lion dans le congélo. Pas pour le bouffer non, mais pour le travail. Taxidermiste, il offre une seconde vie aux animaux.

Lire l'article